L’Algérie ne parvient pas à mettre fin au boycott des élections en Kabylie

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune n’a pas réussi à obtenir la participation du Front des forces socialistes, le plus ancien parti d’opposition, aux élections législatives prévues le 12 juin.

En conséquence, la région de Kabylie va boycotter les élections, qui seront désormais réservées aux partis islamistes et aux groupes affiliés au régime.

Le Front a annoncé, après une réunion de deux jours de son Conseil national, samedi, le lancement d’une “liste politique” expliquant les raisons de son boycott des élections anticipées, qui ont été annoncées après la dissolution du parlement par Tebboune début février.

Le Front a déclaré que les conditions de la tenue du scrutin n’étaient pas réunies et que les élections n’étaient pas une solution à la crise multidimensionnelle dans le pays.

“En conséquence, le Front des forces socialistes ne peut pas participer à ces élections”, a-t-elle déclaré dans une décision.

Evoquant la situation en Libye et au Mali, et les tensions récentes avec le Maroc, le Front a déclaré que l’Algérie est confrontée à “des conditions politiques, économiques et sociales troublantes”, en plus des risques qui menacent sa stabilité et sa sécurité.

Le Front a appelé à répondre aux demandes populaires pour un changement démocratique du système, dénonçant la rhétorique officielle contre les partis et les restrictions en cours à l’action politique.

Le parti a considéré le silence des médias et le maintien en détention des militants du Hirak comme des raisons qui «n’encouragent pas la participation» aux élections.

Les membres du Conseil national des forces socialistes ont décrit la législation attendue comme une bouée de sauvetage pour un «régime qui rejette le changement», considérant que l’élection d’un nouveau parlement fait partie d’un faux effort pour relancer les institutions de l’État.

READ  Mise à jour 1 - Le président algérien retourne dans son pays natal après être entré à l'hôpital en Allemagne

Les autorités ont appelé à des mesures permettant aux Algériens d’exercer librement leur droit à l’autodétermination, notamment en respectant les libertés fondamentales, en permettant aux acteurs politiques et aux militants de la société civile d’apparaître dans les médias et en lançant un dialogue inclusif.

Le front a souligné la nécessité de définir un programme politique, économique et social compatible avec un calendrier de suivi de sa mise en œuvre, suivi d’élections justes et transparentes.

Le parti a été formé par Hussein Ait Ahmed en 1963 à Tizi Ouzou, dans la région de Kabylie.

Le premier secrétaire national du parti, Yusef Aouchish, et le chef de son comité présidentiel, Hakim Belhasil, ont fait pression pour la participation aux élections. Cependant, les membres du Conseil national, représentant toutes les régions, y compris la majorité contrôlant la région de Kabylie, se sont opposés à la décision qui a conduit au boycott du parti.

Tebboune a reçu la direction du parti le mois dernier pour tenter de le persuader de participer aux élections.

Le président se rend compte que les élections seront incomplètes si elles sont rejetées par la région de Kabylie, et il estime que le Front des forces socialistes est le seul parti à pouvoir mettre fin au boycott.

Le président n’est pas prêt à affronter «zéro élection» dans la région tribale de langue berbère, après avoir boycotté le référendum sur la constitution en novembre dernier et les élections présidentielles de fin 2019.

Le RCD et le parti travailliste d’opposition, qui représente la plus grande représentation tribale, ne participeront pas non plus aux élections.

READ  Série de soirées littéraires mettant en vedette des auteurs primés | Divertissement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *