L'Algérie réapparaît sur la liste des pays autorisant les violations de la liberté religieuse

L'Algérie est une fois de plus dans la ligne de mire de Washington pour violation de la liberté religieuse. Le Département d'Etat américain a de nouveau placé le pays dirigé par Abdelmajdit Debon sur sa liste de surveillance spéciale. Le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken lui-même a critiqué l'Algérie pour ses « violations flagrantes » de la liberté religieuse, ce qui n'a pas été bien accueilli à Alger.

  1. L'Algérie indignée par les accusations de manque de liberté religieuse
  2. Générateur de liste de surveillance spéciale
  3. Un nouveau revers pour l'image extérieure de l'Algérie

Les hauts responsables du gouvernement Tebboune n'hésitent pas à réagir à ce qu'ils considèrent comme des informations « fausses et inexactes », faisant référence aux propos de Blinken. Ahmed Atauf, chef de la diplomatie algérienne, a appelé le secrétaire d'Etat américain à reprocher à Washington d'avoir « ignoré les efforts de l'Algérie pour faire respecter le principe de la liberté de croyance et de pratique religieuse ».

AFP/ODDAnderson – Ahmed Atauf, ministre des Affaires étrangères de l'Algérie

Ataf a en effet souligné le désir de son pays de recevoir « Pour clarifier les faits avancés par l'ambassadeur américain et l'engagement effectif de l'Algérie en faveur de la liberté religieuse dans le monde ». Cependant, cela n’échappe pas à la réalité algérienne, qui a conduit les États-Unis à revenir sur la liste existante en décembre 2022.

Les rapports 2020 sur la liberté religieuse ont placé Alger sur une liste de surveillance spéciale il y a un an, à l’image de la situation actuelle. Un rapport de l'ONG Portes Ouvertes montre de vives inquiétudes quant au traitement réservé aux chrétiens en Algérie. Selon Open Doors, les chrétiens sont « limités » dans la manière dont ils pratiquent leur foi et souffrent de niveaux élevés de « persécution et de discrimination ».

READ  Où ont atterri les Boeing 737 d'Air France?
AFP/Angela Weiss – Le président algérien Abdelmadjid Debon s'adresse à la 78ème Assemblée générale des Nations Unies au siège de l'ONU à New York le 19 septembre 2023

Outre l'Algérie, le Département d'État américain a ajouté quatre nouveaux pays à la liste. L’Azerbaïdjan, la République centrafricaine, les Comores et le Vietnam rejoignent la liste des quatre pays émergents. « Commettre ou tolérer de graves violations de la liberté religieuse ».

La liste complète comprend la Birmanie, la République populaire de Chine, Cuba, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), l'Érythrée, l'Iran, le Nicaragua, le Pakistan, la Russie, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan. Tous, selon les Etats-Unis, ont des « préoccupations particulières » en matière de liberté religieuse.

Un récent rapport du Département d'État affirme que l'objectif devrait être atteint « Un monde où tous vivent dans la dignité et l'égalité ». Et les États-Unis ont un engagement historique en faveur de la liberté de pensée : « La promotion de la liberté de religion ou de conviction est un objectif fondamental de la politique étrangère américaine depuis que le Congrès a adopté la loi sur la liberté religieuse internationale en 1998 ».

Photo/Fichier – Algérie et Maroc

L'inscription de l'Algérie sur la liste a suscité l'indignation des administrateurs algériens, conscients des dommages que cela pourrait causer à la réputation du pays. La situation devient de plus en plus compliquée pour l’Algérie à mesure que les revers se poursuivent, en particulier alors qu’elle cherche à rivaliser avec le Maroc pour le leadership régional.

La situation actuelle du gouvernement Tebboune à cet égard n’est pas prometteuse. Aux différents fronts sur lesquels l'Algérie s'enfonce, s'ajoutent la position de force de son rival marocain et sa proximité avec les Etats-Unis. Bien que l’Algérie soit de plus en plus mise à mal, dans de tels cas, par sa position contre la liberté religieuse, Rabat est plus proche de la Maison Blanche et donc plus proche du renforcement de son leadership en Afrique du Nord et au Maghreb.

READ  L'Assemblée nationale française vote pour ajouter le droit à l'avortement à la Constitution - JURISTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *