L’Algérie se rapproche de l’abandon du français dans l’enseignement supérieur

« Le français est aussi l’un des vestiges du lourd colonialisme en Algérie. Se débarrasser de cet héritage demande une volonté forte et une volonté d’acier. »

Abdul Majeed Shaiban Linguiste et professeur à l’Université de Bejaia

« Une simple enquête sur les annonces des écoles privées algériennes d’enseignement des langues et les statistiques de ceux qui y sont inscrits confirme la baisse significative de l’intérêt des Algériens pour le français », a déclaré Chaiban. « Une école privée à Bejaia a enregistré 98 élèves qui voulaient apprendre l’anglais, contre 38 élèves qui voulaient apprendre le français cette année », a-t-il ajouté.

Mais pour des étudiants comme Juhida Hayyan, le changement n’est pas facile. « Je rencontre de grandes difficultés à m’adapter aux programmes d’enseignement supérieur en anglais », a-t-elle déclaré à Al-Fanar Media. « Cela m’oblige à prendre des cours d’anglais intensifs du soir dans une école privée. »

Elle a noté que si les écoliers algériens commencent à apprendre le français en troisième année du primaire, les cours d’anglais ne commencent qu’en deuxième année de l’enseignement secondaire moyen ou inférieur. (Lire l’article connexe « Les étudiants algériens victimes du mélange linguistique dans le pays »).

[Enjoying this article? Subscribe to our free newsletter.]

Sheibani a convenu qu’il y avait « un besoin de commencer à enseigner l’anglais aux élèves du primaire et d’augmenter les cours d’anglais dans les trois étapes de l’enseignement (primaire, préparatoire et secondaire) ». Cela « motiverait les étudiants à apprendre la nouvelle langue et garantirait le succès du plan du gouvernement visant à l’adopter officiellement dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique », a-t-il déclaré.

READ  Paris 2024 va hisser le « plus grand drapeau de tous les temps » de la tour Eiffel

Mais il a ajouté : « Le français est aussi l’un des vestiges du lourd colonialisme en Algérie. Se débarrasser de cet héritage demande une volonté forte et une volonté d’acier ».

Articles Liés

Pour en savoir plus sur la couverture par Al-Fanar Media des débats linguistiques au Maghreb, consultez les articles suivants :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *