L'Algérien Debon fixe une élection présidentielle « anticipée » au 7 septembre

L'Algérie organisera des élections présidentielles anticipées en septembre, trois mois avant la date prévue, indique un communiqué de la présidence, sans fournir plus de détails.

Publié sur : Modifié:

1 minute

« Il a été décidé d'organiser des élections présidentielles anticipées le 7 septembre 2024 », indique un communiqué publié à l'issue d'une réunion présidée par le président Abdelmadjid Debon et à laquelle ont participé les députés et le chef d'état-major de l'armée.

Debon, qui a eu 79 ans en novembre, a été élu en décembre 2019 après que les manifestations en faveur de la démocratie en février de la même année ont contraint le président de longue date Abdelaziz Bouteflika à démissionner.

Le président sortant, dont le mandat de cinq ans devait prendre fin en décembre, avait obtenu 58 % des voix en 2019.

Debon n’a pas précisé s’il briguerait un second mandat, et il n’y a pas eu d’explication immédiate sur les raisons pour lesquelles l’élection présidentielle anticipée a été convoquée.

Il était l’ancien Premier ministre de Bouteflika, décédé en septembre 2021.

Après la démission de Bouteflika, les manifestations menées par le mouvement anti-Hiraq se sont poursuivies en faveur de réformes plus profondes en Algérie, riche en hydrocarbures.

Mais le mouvement s’est ralenti lorsque la pandémie de coronavirus a frappé.

Le gouvernement de Tebboune a par la suite interdit les manifestations des mouvements Hirak et intensifié les poursuites judiciaires contre les manifestants, les militants, les journalistes et les universitaires.

En février, l'organisme de surveillance des droits de l'homme Amnesty International a rapporté que, cinq ans après le début des manifestations en faveur de la démocratie, les autorités algériennes continuent de réprimer le droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique.

READ  Macron ferme l'école d'élite des présidents

Dans un rapport basé sur les témoignages de prisonniers, de familles et d'avocats, Amnesty a déclaré que les autorités algériennes avaient « accru la répression de la dissidence pacifique » depuis la fin du mouvement début 2020 en raison de la pandémie de Covid et de la répression des manifestations.

« Cinq ans après que de courageux Algériens soient descendus en masse dans la rue pour exiger des changements politiques et des réformes, il est tragique que les autorités poursuivent une campagne de répression effrayante », a déclaré Heba Morayef, directrice d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

L'organisation de défense des droits humains basée à Londres a déclaré que des centaines de personnes ont été arbitrairement arrêtées et détenues et que des dizaines de manifestants pacifiques, de journalistes et de militants croupissent toujours derrière les barreaux.

Il a exigé la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes détenues.

L'Algérie est classée 136e sur 180 pays et territoires.

(AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *