L’athlète français Pierre Fairbank « joue pour gagner » aux Jeux paralympiques de 2024

Pierre Fairbank, 52 ans, est l’un des géants du parasport en France. Au cours de plus de 30 ans de sport en fauteuil roulant, il a participé à six Jeux paralympiques, remportant neuf médailles dans ces compétitions. Fairbank, qui affirme que son entraînement rigoureux est un facteur clé de son succès, vise davantage de classements parmi les trois premiers aux Jeux de 2024 à Paris, qui débuteront dans un an à partir de lundi.

« J’aime toujours rouler », a déclaré Fairbank à FRANCE 24 lors des Championnats du monde de para-athlétisme au stade Charlété à Paris le 14 juillet 2023.

Lors de la fête nationale du 14 juillet en France, l’athlète de la région française de Nouvelle-Calédonie venait de se qualifier pour la finale du 100 mètres T53 (un type de classement destiné à garantir que les athlètes s’affrontent contre des adversaires de capacités similaires) en terminant troisième de son chaleur. .

«Je me sentais bien, mais je vais devoir améliorer mon jeu», a déclaré Fairbank peu après la course. il Il a terminé sixième En finale en moins de temps que prévu. Après toutes ces années, il a toujours faim de monter sur le podium.

Fairbank a goûté à la victoire à plusieurs reprises au cours de sa carrière. En plus de ses neuf médailles paralympiques, dont l’or au 200 m T53 à Sydney en 2000, il a remporté 13 médailles en participant à sept Championnats du monde de para-athlétisme.

Fairbank n’est pas monté sur le podium à Charlity en juillet. Cependant, il a estimé que la compétition constituait un « test à domicile » précieux avant les Championnats du monde de para-athlétisme de l’année prochaine à Kobe, au Japon, et les Jeux paralympiques de Paris.

« Tout est bien organisé (à Charletti), les fans mettent l’ambiance même s’il ne se passe pas grand-chose ici. C’est une bonne répétition avant l’année prochaine, pour ‘faire les derniers ajustements' », a déclaré Fairbank.

READ  Le champion en titre Berkane choque les victimes de la Coupe de la CAF après sa défaite en Zambie

Toujours « en course »

Pour le handisport, une chose est sûre pour 2024 : les Jeux Paralympiques de Paris seront ses derniers. « Ce seront mes derniers Jeux olympiques. J’aurai alors 53 ans… Je pense qu’après cela, j’aurai autre chose à faire », dit-il en riant.

« Cela a été une bonne partie de ma vie, une belle carrière », a déclaré Fairbank. « J’ai pratiqué plus de 30 ans de sports en fauteuil roulant, ce qui est énorme. »

Fairbank a contracté une myélite, une infection de la moelle épinière ou de la moelle osseuse, à l’âge de neuf ans, et cela a commencé Carrière sportive Il a été sélectionné pour la première fois en équipe de France aux Championnats du monde de para-athlétisme 1998 à Birmingham, au Royaume-Uni.

« Je vis normalement pour moi. J’ai toujours pu m’asseoir et je ne me considère pas comme ayant un terrible handicap », dit-il en souriant.

Fairbank continue de marquer de son empreinte l’histoire du parasport français depuis plus de 30 ans, sans oublier de partager son expérience des exploits de haut niveau avec d’autres athlètes, dont son compatriote Nicolas Bérignon de Nouvelle-Calédonie, et avec des fans plus jeunes comme un joueur-entraîneur. Éducateur sportif.

« Je suis capable de le faire parce que je joue toujours pour gagner, et grâce à l’entraînement, je m’efforce toujours d’y parvenir », a déclaré Fairbank, expliquant sa longévité.

« C’est motivant et surtout j’ai toujours le soutien de mes coachs, de ma famille et de la Nouvelle-Calédonie », dit-il.

Pierre Fairbank est vu au Stade Charléty à Paris le 14 juillet 2023. © Pierre-René-Worms, France Médias Monde

Fairbank est également satisfaite des progrès technologiques qui ont permis aux athlètes d’améliorer leurs performances en fauteuil roulant au cours des dernières années.

READ  L'attaquant de Nippon TV Beleza John Endo rejoint Angel City Football Club en MLS

« J’aime voir l’équipement évoluer et la façon dont nous nous entraînons changer également », a-t-il déclaré.

« Je voulais terminer ma carrière après chaque compétition olympique difficile, et je me suis dit que je ne pouvais pas aller plus vite… mais finalement je l’ai fait », a déclaré Fairbank.

« Chaque fois que je vais plus vite, cela me motive à découvrir à quel point je peux m’améliorer. Il y a encore quelque chose à travailler, que ce soit l’équipement, la position (dans le fauteuil roulant), ou la façon de pousser les roues… »

Bien entendu, une longue carrière au plus haut niveau demande du travail et de la constance. Avant les Jeux Paralympiques de Tokyo 2021, un journal français Lacroix a mentionné Fairbank s’est préparée pour les Jeux en vivant sainement et en s’entraînant trois heures par jour, six jours par semaine.

« C’est seulement le travail qui rapporte, c’est-à-dire le nombre d’heures consacrées à une spécialité », a-t-il déclaré.

Fairbank a l’intention de poursuivre les travaux l’année prochaine.

« Je dois encore m’améliorer », a-t-il déclaré. « Au 400 mètres, j’ai battu mon record avant-hier (le 12 juillet, soit deux jours avant la compétition), et au 100 mètres, j’ai terminé avec de bons temps.

« Mais il va falloir que je hausse mon jeu : les deux premières places (du podium) sont quasiment intouchables (ndlr : souvent occupées par le Brésilien Ariosvaldo Fernandez et le Thaïlandais Pongsakorn Payu) et derrière eux, nous sommes tous en lice pour la troisième place. .»

Se distinguer et rechercher le détail à l’entraînement, puis tenter de reproduire les performances à l’entraînement en compétition : Fairbank devra être persévérant dans sa démarche s’il espère terminer sur le podium à Paris 2024. C’est une conviction qu’il partage lorsqu’il s’adresse aux jeunes athlètes. « Il faut juste être persévérant, c’est tout », a déclaré le nonuple médaillé paralympique. « Les jeunes veulent réussir vite parce qu’ils voient les gens briller sur les réseaux sociaux. Mais ce n’est pas comme ça que ça se fait : il y a un travail acharné derrière, de longues années d’entraînement sans succès, et puis un jour arrive. »

Pierre Fairbank court lors des Championnats du Monde au Stade Charleti le 14 juillet 2023.
Pierre Fairbank court lors des Championnats du Monde au Stade Charleti le 14 juillet 2023. © Pierre-René-Worms, France Médias Monde

Fairbank est heureux que les Championnats du monde de cet été et les Jeux paralympiques de l’été prochain mettent à l’honneur les parasports – une évolution qui, à son avis, va « dans la bonne direction ».

READ  La France et l'Australie s'empressent de revenir du différend sur les sous-marins à Paris

« Lors de mon premier championnat du monde en 1998, il n’y avait ni spectateurs ni médias », a-t-il déclaré. « Maintenant, il y a des heures de direct (sur la chaîne française L’Équipe TV), les médias et le public s’intéressent au sport pour les personnes à besoins particuliers. Ils commencent à y voir plus comme un sport que comme une sorte de rééducation. « 

Les progrès technologiques et l’amélioration des performances ont rendu les parasports « plus excitants qu’ils ne l’étaient auparavant », a déclaré Fairbank.

« Avant, si vous rouliez à 20 kilomètres/heure en fauteuil roulant, vous étiez roi », dit-il. « Maintenant, si vous n’atteignez pas 36-37 km/h, vous serez épuisé. »

Les fans devront attendre encore un an pour regarder le sprint de Fairbank aux Jeux Paralympiques de Paris. D’ici là, dit-il, il continuera à « rechercher chaque petit détail » pour améliorer son fauteuil roulant.

Il a conclu en riant : « Mais je n’ai pas encore trouvé le secret. »

Cet article Traduit de Original en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *