Le 2e report du sommet arabe en Algérie est un revers majeur pour la junte militaire au pouvoir

Comme prévu, le sommet arabe prévu en mars prochain en Algérie a de nouveau été reporté, approfondissant l’isolement régional et international du régime algérien.

C’est un déni clair et un embarras pour les dirigeants algériens qui comptaient sur l’événement pour permettre aux dirigeants algériens de retrouver leur sombre gloire, détourner l’attention des opposants pro-démocratiques et saper l’intégrité régionale du Maroc.

Le report du sommet a été annoncé par le sous-secrétaire général de la Ligue arabe, Hossam Jackie, après sa récente visite à Alger.

« Il est peu probable que le sommet ait lieu avant le mois sacré du Ramadan, qui commence en avril de cette année », a déclaré un responsable de la Ligue arabe dans un communiqué.

Il a déclaré que la date exacte du sommet serait convenue lors d’une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères prévue le 9 mars au Caire après des consultations entre Alger et les États membres de la Ligue arabe.

Cela signifie qu’aucune nouvelle date n’a encore été fixée pour le sommet arabe, et il n’y a aucune information ou confirmation quant à savoir si l’événement aura lieu en Algérie ou dans tout autre pays arabe, afin d’éviter une négligence et un mépris majeurs du régime algérien .

Dans une tentative désespérée d’obtenir une place au sommet, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramdane Lamamra a récemment effectué des visites diplomatiques en Arabie saoudite, en Égypte, aux Émirats arabes unis et au Qatar.

Mais la mission de l’ambassadeur algérien s’est soldée par un échec complet, et ses dirigeants dictatoriaux ont été poussés au coin de la rue après avoir réalisé le but de leur statut sur la scène internationale.

READ  Le Premier ministre Modi se rendra en Allemagne, au Danemark et en France du 2 au 4 mai Dernières nouvelles Inde

Le régime algérien a rompu les relations diplomatiques avec le Maroc voisin. Il a fermé l’espace aérien aux avions marocains et cessé d’exporter du gaz par un gazoduc traversant l’État, blâmant de manière injustifiée le régime algérien pour tous ses échecs socio-économiques et politiques.

Les autorités algériennes prévoient d’utiliser le sommet arabe dans leur campagne anti-marocaine pour obtenir le soutien arabe au groupe séparatiste Polisario, des militants armés et protégés, financés par des généraux algériens dans les camps de Tintof.

Mais les États arabes, en particulier tous les États membres du Conseil de coopération du Golfe, se sont opposés au plan algérien et ont cherché à ajouter de nouvelles divisions et des frictions inutiles au sein du bloc arabe.

Dans une déclaration commune, les dirigeants des États arabes du Golfe ont exprimé leur ferme soutien à l’intégrité régionale du Maroc et à sa souveraineté sur le Sahara, ce qui a porté un coup sévère au régime algérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.