Le Comité International Olympique autorise les participants aux JO de Paris à porter le hijab au Village des Athlètes | Actualités olympiques

Les athlètes féminines françaises sont toujours soumises à l'interdiction du hijab, car leur fédération sportive restreint le port du hijab pendant les Jeux.

Le Comité International Olympique a décidé que les participants aux Jeux Olympiques de Paris 2024 sont libres de porter le voile, appelé hijab, dans le village des athlètes, quelques jours seulement après que le ministre français des Sports l'ait interdit aux athlètes du pays hôte.

Même si le Comité international olympique a levé vendredi les restrictions sur le hijab au Village des athlètes, les athlètes français sont toujours soumis aux règles de leur fédération sportive et ne sont pas autorisés à porter le hijab pendant les Jeux.

Un porte-parole de l'Autorité olympique a déclaré être en contact avec le Comité olympique français (CNOSF) pour mieux comprendre la situation des athlètes français.

Un porte-parole du CIO a déclaré à l'agence de presse Reuters : « Pour le village olympique, les règles du CIO s'appliquent. » « Il n'y a aucune restriction sur le port du hijab ou de tout autre vêtement religieux ou culturel. »

Le village olympique accueille la plupart des 10 000 athlètes participant aux Jeux Olympiques, partageant des espaces communs tels que des réfectoires et des installations récréatives.

Les compétitions sportives aux Jeux Olympiques sont organisées et supervisées par des fédérations sportives internationales individuelles.

La ministre française des Sports, Amélie O'Dea Castera, a annoncé dimanche qu'il sera interdit aux athlètes français de porter le hijab lors des Jeux olympiques de Paris, par respect des principes de laïcité.

Elle a déclaré à la télévision France 3 que le gouvernement s'opposait à l'affichage de symboles religieux lors d'événements sportifs afin de garantir « une neutralité absolue dans les services publics ».

READ  La France se prépare à une grève de grande ampleur pour réclamer plus de pouvoir d'achat

Une laïcité stricte

La France a protégé sa forme stricte de laïcité par des lois qui opprimaient sa communauté musulmane.

En août, la France a annoncé l'interdiction de l'abaya dans les écoles. Des dizaines de filles ont également été renvoyées chez elles lorsqu'elles le portaient à l'école.

En janvier de l'année dernière, les membres du Sénat français ont voté en faveur de l'interdiction du hijab lors des compétitions sportives, et en juillet de cette année, une Cour suprême française a confirmé l'interdiction du hijab lors des compétitions de football.

Les footballeuses françaises portant le hijab se battent pour l'inclusion sur le terrain avec un groupe appelé « Les Hijabeuses ».

Bien qu’elle abrite l’une des plus grandes minorités musulmanes d’Europe, la France est le seul pays du continent qui exclut les athlètes voilés de la plupart des compétitions sportives nationales.

Les associations islamiques et les groupes de défense des droits de l’homme ont affirmé que la France avait affaibli les protections démocratiques et laissé les musulmans vulnérables aux abus de ces lois.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a également critiqué la décision française d'interdire à ses athlètes féminines le port du hijab.

« Personne ne devrait dicter aux femmes ce qu'elles doivent porter ou ne pas porter », a déclaré mardi à la presse Marta Hurtado, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

En 2016, Ibtihaj Muhammad est entrée dans l’histoire en devenant le premier membre de l’équipe américaine à participer aux Jeux Olympiques en portant un hijab.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *