Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à la fin immédiate des hostilités au Sahara occidental

Image de fichier (Photo de Marcos del Maso / LightRocket via Getty Images)

L’ONU déséquilibrée appelle toutes les parties à reprendre les négociations pour une solution dans le conflit du Sahara occidental.

Alger soutient le Front Policario, qui revendique l’indépendance du Sahara occidental, et a rompu ses liens avec le Maroc en août.

Le Maroc contrôlait près de 80 pour cent du territoire aride et peu peuplé sous juridiction espagnole jusqu’en 1975.

La résolution de l’ONU a appelé les « parties » à reprendre les négociations « sans préjudice et de bonne foi » à la recherche d’une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ».

C’est l’organe de l’ONU pour le référendum au Sahara occidental, qui a été créé en 1991. Les travaux ont été renouvelés pour une autre année.

Lire | La Ligue arabe a appelé l’OCI à tenir des pourparlers algéro-marocains

« L’Algérie ne soutient pas cette résolution unique, qui conforte les revendications extrêmes de l’Etat occupant (Maroc) », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La résolution du Conseil de sécurité, dirigée par les États-Unis, sous l’ancien président Donald Trump, a rompu avec le monde pour reconnaître les droits territoriaux du Maroc dans le cadre d’une contrepartie visant à normaliser les relations de Rabat avec Israël.

La résolution ne reconnaît pas la souveraineté marocaine et appelle à l’objectif du « droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

Le ministère a ajouté que l’Algérie « regrette profondément l’approche déséquilibrée sur la base de ce discours, qui manque de la brutale responsabilité et de la clarté due à la persuasion malheureuse de certains membres influents du Conseil ».

READ  Derek élu maire de France Flower Mate - Cross Timber's Gazette | Comté de Tenton Sud | Crête de fleurs

Lire | Un juge espagnol commence à interroger le dirigeant du Policario

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Purida, a salué le discours de vendredi, déclarant que « l’Algérie se réfère aux véritables parties au conflit en appelant à une participation responsable et constructive ».

De hauts responsables du Maroc, d’Algérie, de Mauritanie et du Polisario ont assisté aux pourparlers de paix menés par l’ONU en 2019.

Ils ont été suspendus en mai 2019 après la démission de l’ambassadeur de l’ONU Horst Kohler. Il a finalement été remplacé ce mois-ci par le diplomate senior Stephen de Mistura.

L’Algérie a rejeté vendredi le « format table ronde » des pourparlers.

L’accord de cessez-le-feu de 1991 a été conclu, mais n’a pas encore eu lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *