Le journaliste algérien Belkacem Haouam a été arrêté et placé en détention provisoire

New York, le 9 septembre 2022 – Les autorités algériennes doivent libérer immédiatement et sans condition le journaliste Belkacem Houwam et cesser de détenir des journalistes pour leur travail, a déclaré vendredi le groupe de protection des journalistes.

Le jeudi 8 septembre, les autorités d’Alger, la capitale, ont arrêté Haouam, reporter du journal indépendant local Echorouk, après avoir répondu à une convocation pour interrogatoire. nouvelles rapports et Mustafa Bendjama, un journaliste local et défenseur de la liberté de la presse qui connaît bien l’affaire et a parlé au CPJ via une application de messagerie.

Selon ces informations, la convocation de Houwam est liée à un article qu’il a publié mardi sur le ministère du Commerce du pays qui aurait arrêté les exportations de dattes locales. Lors de sa comparution devant le tribunal Hussein Day d’Alger, un juge a ordonné sa détention provisoire et l’a transféré à la prison d’al-Harach à l’extérieur de la capitale, selon les informations et Bendjama.

Vendredi, aucune accusation officielle n’avait été publiée dans son affaire, le journaliste local et défenseur de la liberté de la presse Khaled Trareni s’est entretenu avec le CPJ via une application de messagerie.

« L’arrestation par les autorités algériennes du journaliste Belkacem Haouam pour des raisons commerciales montre l’engagement du gouvernement à réprimer une presse libre », a déclaré Sherif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du CPJ. « Les autorités doivent libérer Hauwam immédiatement et sans condition et veiller à ce que les membres de la presse puissent travailler librement et sans crainte d’être arrêtés.

READ  L'Algérie renonce à la dette de 14 pays pour regagner de l'influence en Afrique, selon un rapport

Mercredi, le ministère du Commerce a publié Une déclaration Haouam a nié les affirmations faites dans son article sur sa page Facebook officielle, qui n’est plus disponible sur le site Web d’Echorouk. Dans le communiqué, le ministère a indiqué que des poursuites judiciaires seraient engagées contre le journaliste.

Le CPJ a envoyé un courriel au ministère algérien de l’Intérieur et au ministère du Commerce pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse.

Au 1er décembre 2021, il y avait au moins deux journalistes derrière les barreaux en Algérie, selon le recensement annuel des prisons du CPJ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.