Le Kenya lance des candidatures pour sa réélection à des postes clés dans le monde des TIC

CA DG Ezra Chiluba


Le Kenya a lancé sa candidature à la réélection pour pourvoir deux postes clés dans les organisations internationales des TIC.

Le pays envisage un nouveau mandat au sein du Conseil de l’Union internationale des télécommunications (UIT), un organe décisionnel clé de l’agence spécialisée des Nations unies pour les technologies de l’information et de la communication.

Dans le même temps, le pays mobilise son soutien pour la réélection de M. John Omo, du Kenya, pour un second mandat au poste de Secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications (UAT), l’Agence spécialisée pour l’information et la communication de l’Union africaine (UA). Technologie de communication.

Le Kenya a accueilli la semaine dernière les États membres du Conseil de l’Union internationale des télécommunications à Genève, en Suisse, plaidant pour un nouveau mandat de quatre ans au sein du conseil et de l’ATU.

Représentant permanent du Kenya auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, Ambassadeur. Le Dr Cleopa Mailu a dirigé l’attaque magique du Kenya visant les chefs de délégations auprès des 48 membres du Conseil.

AMP. Depuis qu’il a rejoint l’UIT il y a 40 ans, a déclaré Mailu, le Kenya a été à l’avant-garde, façonnant les conversations mondiales sur les TIC et contribuant de manière significative aux travaux de l’Union.

Cela, a-t-il dit, a conduit aux formidables réalisations du Kenya dans le développement des technologies de l’information et de la communication.

Il a ajouté qu’au fil des ans, le Kenya s’est forgé une solide réputation dans la région et dans le monde, devenant un chef de file dans la promotion de l’accès et de l’inclusion numériques, comme en témoignent les innovations révolutionnaires et les efforts visant à améliorer l’accès aux services de télécommunications pour tous.

READ  Le déficit budgétaire du Nigéria atteint son plus haut niveau depuis 23 ans en raison des subventions à l'essence

Amb a ajouté: « Par conséquent, nous cherchons à poursuivre notre concentration et notre partenariat avec l’Union, les États membres partageant les mêmes idées et d’autres partenaires pour mettre en œuvre des initiatives d’accès numérique qui amélioreront l’accessibilité, la disponibilité et l’abordabilité des TIC pour tous. »  » . Milo.

L’envoyé a noté que sur la base des antécédents du pays en matière de développement des TIC et de participation aux activités de l’UIT dans diverses fonctions de direction, le Kenya cherche à continuer d’être un partenaire fiable dans la poursuite de l’exploitation des TIC pour le bien de l’humanité et la réalisation de l’objectif de développement durable Buts.

« S’il est réélu, le Kenya promet d’être un partenaire de confiance dans la mission progressiste de veiller à ce que les TIC restent un acteur majeur de l’économie mondiale, et plus particulièrement, un catalyseur clé des objectifs de développement durable (ODD) », a déclaré l’envoyé.

S’exprimant devant le Conseil de l’UIT, le directeur général de l’AC, M. Ezra Chiluba, a déclaré que le Kenya tirait une grande valeur de son adhésion à l’UIT, comme en témoignent les progrès sans précédent réalisés dans le domaine des TIC.

L’Union internationale des télécommunications a été un tremplin pour de nombreux pays, dont le Kenya, qui ont fait d’énormes progrès dans la promotion de l’accès universel à divers services de télécommunication. Le soutien de l’UIT a déjà contribué à la réalisation de notre programme de transformation numérique.  »

Au siège du Secrétaire général de l’ATU, Amb. Mello a déclaré que M. Omo a fait ses preuves en matière de soutien au lancement stratégique de programmes et de projets TIC qui résonnent sans les expériences uniques du continent.

READ  L'Afrique doit réinitialiser ses relations avec le FMI

« Nous sommes convaincus qu’avec un autre mandat, M. Omo conduira l’union vers des niveaux de prospérité plus élevés afin que les États membres puissent récolter plus de valeur et tirer pleinement parti de la puissance des TIC pour le développement social et économique », a déclaré Amb. Milo.

M. Omo a supervisé rigoureusement le changement de nom du syndicat, en renforçant sa visibilité et en veillant à ce que l’institution gagne le respect souhaité parmi ses pairs.

Sous sa direction, l’ATU a élargi le nombre de ses membres ainsi que sa base financière et a promu des accords de travail favorables avec d’autres acteurs du domaine des TIC.

Les élections au Conseil de la Fédération doivent avoir lieu lors de la Conférence de plénipotentiaires de la Fédération, qui se tiendra du 26 septembre au 14 octobre 2022 à Bucarest, en Roumanie. D’autre part, les élections du secrétaire général Lato sont prévues en juillet de cette année en Algérie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.