Le Maroc et l’Algérie s’affrontent

Le 8 juin 2022, l’Algérie a annoncé la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne, vieux de deux décennies. Cette décision a porté un coup aux relations entre Alger et Madrid, qui s’étaient déjà détériorées depuis que l’Espagne avait soutenu la position du Maroc sur le territoire contesté du Sahara occidental.

Les deux pays ont publié des déclarations officielles pour clarifier et défendre leurs points de vue, tandis que l’Union européenne – préoccupée par les ramifications économiques de la décision algérienne – a exhorté l’Algérie à retirer sa décision « profondément préoccupée », qui viole directement l’accord de partenariat UE-Algérie de 2005.

La réponse de l’Algérie à la décision espagnole a été choquante, car d’autres pays occidentaux – y compris les États les plus forts et les plus importants – avaient pris des mesures drastiques qui ont suscité une réaction largement modérée de l’Algérie.

Les États-Unis, sous l’administration Trump, ont annoncé qu’ils reconnaîtraient « la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental » et ont finalement ouvert une ambassade à Dakhla. Les Américains sont allés plus loin en affirmant leur soutien à un projet marocain d’octroi d’une autonomie limitée aux Sahraouis vivant sous contrôle marocain.

L’Allemagne a également changé sa position sur le Sahara occidental après l’élection d’un nouveau président fin 2021. Le gouvernement allemand nouvellement élu, tentant de gérer les tensions de longue date avec le Maroc, a décrit le plan d’autonomie marocain comme une « contribution majeure ». Mettre fin au conflit du Sahara occidental.

positions opposées

Le conflit du Sahara occidental a toujours été au cœur des relations maroco-algériennes et a toujours affecté leurs relations avec leurs voisins européens et africains. Les acteurs internationaux concernés, tels que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, continuent de déployer des efforts pour aider à apaiser les tensions entre les deux pays du Maghreb.

READ  JO de Tokyo : le judoka algérien suspendu 10 ans après l'interdiction des JO de Tokyo 2020

Lorsque l’Espagne – un partenaire important pour les deux pays – n’a pas réussi à adopter une position équilibrée qui a contribué à réduire les tensions, l’Algérie a rapidement intensifié, condamnant ouvertement le changement de politique espagnol et déclarant que la position de l’Espagne contredisait les décisions juridiques internationales. Approche traditionnelle du problème.

Le Maroc, quant à lui, a été plus affirmé quant à sa souveraineté sur le territoire contesté. En effet, le Roi Mohammed VI a annoncé dans un récent discours que les relations du Maroc avec les autres pays seront basées principalement sur le respect de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental.

Cultiver de nouveaux alliés ?

Au milieu des différends diplomatiques algériens avec l’Espagne sur le statut du Sahara occidental, le ministère algérien des Affaires étrangères a travaillé dur pour renforcer les liens économiques et politiques avec l’Italie, partenaire de longue date de l’Espagne, et la France, le plus grand allié du Maroc. La France, avec qui l’Algérie partage une longue et tumultueuse histoire, a toujours soutenu ouvertement le droit du Maroc à défendre son « intégrité territoriale ».

Les annonces algériennes à l’Italie ont abouti à la visite officielle du président algérien Abdelmadjid Debon le 25 mai 2022. Debon a eu des entretiens bilatéraux avec son homologue italien et a signé un important accord énergétique avec l’Italie, ouvrant la voie à l’Algérie pour devenir le plus grand fournisseur de gaz de l’Italie.

Avant l’escalade des tensions, l’Algérie était le plus grand fournisseur de gaz de l’Espagne, Madrid recevant une part du gaz algérien via le gazoduc Trans-Maroc. Cependant, alors que les relations algéro-marocaines se détérioraient et que l’Algérie craignait de vendre du gaz algérien au Maroc, l’Algérie a stipulé que le gaz fourni à l’Espagne ne devait pas être réexporté vers le Maroc. Et, comme mesure punitive, le gouvernement algérien a récemment décidé que le gaz initialement destiné à l’Espagne serait désormais détourné vers l’Italie.

READ  Les algériens demandent dans les jeux médicaux en soutien à la Palestine

La tension sur les relations hispano-algériennes due au changement de l’ancienne position sur le Sahara occidental soulève de nombreuses questions sur l’avenir des relations marocaines et algériennes avec les États membres de l’UE. Si d’autres pays de l’UE décident d’adopter la position espagnole, comment l’Algérie réagira-t-elle ?

Les positions marocaines et algériennes divergentes seront-elles un jour réconciliées pour sortir de l’impasse diplomatique entre les deux pays ? Leurs points de vue contradictoires sur le Sahara Occidental peuvent-ils être résolus uniquement avec l’aide d’efforts internationaux ? Seul le temps nous le dira, mais les développements récents semblent laisser présager de nouvelles tensions.

Qantara.de, 22 août. Mohamed Al-Fawiris est un journaliste marocain, chercheur et doctorant à la faculté des lettres et sciences humaines Sais (Fès).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.