Le Myanmar libère des centaines de prisonniers politiques après les pressions de l’ASEAN

(Reuters) – Le gouvernement militaire du Myanmar a libéré des centaines de prisonniers politiques de la tristement célèbre prison d’Insein, dont le porte-parole du parti d’Aung San Suu Kyi et le célèbre comédien Zarganar, ont rapporté les médias locaux.

Quelques minutes après le discours du chef militaire Min Aung Hlaing lundi, la télévision d’État a annoncé que plus de 5 600 personnes arrêtées ou recherchées pour leur rôle dans les manifestations contre le coup d’État avaient été libérées dans le cadre d’une amnistie humanitaire.

Certains militants ont décrit la libération comme un stratagème de l’armée au pouvoir pour tenter de reconstruire sa réputation internationale après que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ait pris la rare mesure de… Sauf pour le chef du conseil militaire de son sommet.

Le rapporteur spécial de l’ONU, Tom Andrews, s’est félicité de la libération sur Twitter, mais a déclaré qu’il était « scandaleux » qu’ils aient été détenus en premier lieu.

« Le conseil militaire libère des prisonniers politiques au Myanmar non pas à cause d’un changement d’avis mais à cause de la pression », a-t-il déclaré.

Le conseil militaire a libéré des prisonniers à plusieurs reprises depuis le coup d’État de février.

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est a décidé d’inviter un représentant apolitique à son sommet du 26 au 28 octobre, dans un mépris sans précédent pour les chefs militaires à l’origine du coup d’État contre le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi.

« Ils sont venus me voir aujourd’hui et m’ont dit qu’ils me ramèneraient à la maison, c’est tout », a déclaré lundi soir Monywa Aung Shin, porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie d’Aung San Suu Kyi, au média local Voice of Burma. Sur le chemin du retour de prison.

READ  Les dirigeants du G20 soutiennent la proposition de Biden d'un impôt mondial minimum sur les sociétés | G20

Monywa Aung Shin a été arrêtée le 1er février et a passé huit mois en prison.

Des photos et des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient les détenus réunis avec les membres de leur famille en pleurs.

D’autres photos montraient une série de bus quittant l’entrée arrière de la prison avec des passagers se penchant par les fenêtres et saluant la foule rassemblée à l’extérieur.

Un porte-parole de l’administration pénitentiaire du Myanmar et un porte-parole du conseil militaire n’ont pas pu être joints dans l’immédiat pour commenter.

D’autres prisonniers politiques, dont des députés et des journalistes, ont été libérés lundi dans d’autres villes, dont Mandalay, Lashio, Mektila et Meek.

Cependant, 11 des 38 personnes libérées de la prison de Meiktila, dans le centre du Myanmar, ont de nouveau été arrêtées, selon le média local, Democratic Voice of Burma.

Reuters n’a pas pu vérifier de manière indépendante ces informations.

Le Myanmar est dans la tourmente depuis le coup d’État qui a mis fin à une décennie de démocratie temporaire et de réforme économique.

Les forces de sécurité ont tué plus de 1 100 personnes selon les militants et les Nations Unies et ont arrêté plus de 9 000 personnes, dont Suu Kyi, selon l’Association des prisonniers politiques d’assistance aux droits de l’homme, qui documente les meurtres et les arrestations.

Rapport par le personnel de Reuters. Édition du Lincoln Fest.

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *