Le Nigéria perd 2 milliards de dollars à cause d’un vol de pétrole en huit mois – Comité spécial du Sénat

Les voyageurs de l’État de Lagos ont exprimé leur inquiétude face à la crise imminente du carburant dans la région. Non seulement il est difficile pour les automobilistes de s’approvisionner en carburant, mais les prix du transport ont également grimpé en flèche en raison de la pénurie de carburant.

La pénurie de carburant est apparue pour la première fois en octobre, lorsqu’elle a frappé diverses régions du Nigéria, obligeant les automobilistes à passer des heures dans des stations-service à se débattre pour le produit.

Les commerçants noirs facturent entre 300 et 400 Nm par litre d’essence dans de nombreuses régions du pays.

Cependant, depuis lundi, les navetteurs déplorent les coûts élevés des transports dans l’État, l’essence coûtant entre 195 et 200 nairas le litre.

Depuis mercredi, de nombreuses stations-service ne vendent plus de carburant ou le vendent à des prix exorbitants.

Le roi des investisseurs Ils ont appris que certains conducteurs n’étaient pas en mesure de remplir leurs voitures de passagers à l’Ageci. Un passager a affirmé que son incapacité à acheter du carburant l’avait empêché de sortir sa voiture. Dans le même ordre d’idées, le conducteur a mentionné qu’il garerait sa voiture quelque part et prendrait un véhicule utilitaire pour se rendre à l’île de Lagos.

« Dans la situation actuelle, je garerai ma voiture quelque part après avoir sorti les passagers de la voiture afin que mon ami puisse m’aider à faire le plein. Considérant que je peux passer jusqu’à trois heures sur le pont du troisième continent, je ne peux pas conduire cette voiture jusqu’à l’île ; il ne le mérite pas.

READ  Le Nigeria et la Southern Academy pourraient s'unir dans les activités spatiales

Selon un rapport en ligne, des files d’attente ont été signalées le long d’Alausa Trust Road, où la NNPC (anciennement Oando) a été fermée aux automobilistes. La même situation a également été observée dans les stations-service Total d’Ogota et Palm Grove mardi.

L’Independent Petroleum Marketers Association of Nigeria a blâmé les entrepôts et la difficulté croissante d’accéder aux produits pétroliers.

Le contrôleur national, opérations, IPMAN, Mike Osatoye, aurait déclaré que les membres de l’association n’étaient pas en mesure d’obtenir suffisamment de produits dans les entrepôts.

« Il n’y a pas de carburant. Même lorsque nous avons réussi à obtenir une petite quantité, DAPPMAN nous l’a vendu à N200/N202 par litre. Au moment où nous l’acheminerons à nos stations, le coût sera d’environ N210/litre.

Il a ajouté que la livraison d’essence aux stations-service des membres à partir des dépôts coûte désormais jusqu’à 200 azote par litre dans certains cas.

Si le gouvernement fédéral va de l’avant avec la mise en œuvre du nouveau système fiscal, Olufemi Adewole, secrétaire exécutif de l’Association of Warehouse and Petroleum Products Marketers, a averti que la taxe pourrait obliger les entreprises à fermer leurs portes et à exacerber la crise de pénurie.

Adewole a fait valoir que les sociétés de commercialisation du pétrole ne pouvaient pas payer durablement un tel montant en raison de l’insuffisance des marges commerciales de ces sociétés.

Selon Adewole, les marketeurs de pétrole ont une marge opérationnelle très faible, mais leur chiffre d’affaires est très élevé. Malheureusement, la marge ne reflète pas le volume des échanges.

Il a révélé que les commerçants continuaient de recevoir les mêmes marges lorsque les prix du carburant montaient à N160 et N200 par rapport aux marges qu’ils recevaient lorsqu’un litre était vendu pour N40.

READ  Les engagements de Tebboune sont encore creux | Sabre Blédi

Il a dit:Loi de finances 2020 Il stipule que les commerçants doivent payer 0,5% de leurs ventes totales d’ici la fin de cette année.

Si le nouveau régime fiscal est mis en œuvre, a-t-il déclaré, « il est inconcevable que la moitié des sociétés de commercialisation du pétrole qui existent actuellement puissent faire faillite », à moins que le régulateur, la Nigerian Refining, Refining and Petroleum Operations Authority, n’accepte un nouveau marge pour les commerçants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.