L’OPEP + accepte d’augmenter l’offre de pétrole après la victoire des Émirats arabes unis dans la controverse avec l’Arabie saoudite

  • L’OPEP+ assouplit les coupes de 2 millions de barils par jour jusqu’à la fin de l’année
  • Les prix du pétrole approchent de leur plus haut niveau depuis deux ans et demi à la lumière de la reprise après la pandémie
  • La gestion de l’offre devrait se poursuivre jusqu’à fin 2022
  • Les EAU remportent la polémique sur l’ajustement du quota de production

MOSCOU/DUBAI/LONDRES (Reuters) – Les ministres de l’OPEP+ ont convenu dimanche d’augmenter les approvisionnements en pétrole à partir d’août pour refroidir les prix qui ont atteint des sommets en deux ans et demi alors que l’économie mondiale se remet de la pandémie de coronavirus.

Le groupe, qui comprend des pays de l’OPEP et des alliés tels que la Russie, a décidé de manière décisive de nouvelles allocations de production à partir de mai 2022 après que l’Arabie saoudite et d’autres pays ont accepté une demande des Émirats arabes unis qui avait menacé le plan.

“Nous sommes satisfaits de l’accord”, a déclaré le ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis, Suhail bin Mohammed Al Mazrouei, lors d’une conférence de presse. Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a refusé de répondre aux questions sur la manière de parvenir à un compromis.

L’année dernière, l’OPEP+ a réduit sa production d’un record de 10 millions de barils par jour dans un contexte de chute de la demande causée par la pandémie et l’effondrement des prix. Il a progressivement rétabli certains approvisionnements, les laissant à une baisse d’environ 5,8 millions de barils par jour.

L’OPEP a déclaré dans un communiqué que le groupe augmenterait ses approvisionnements d’août à décembre 2021 de 2 millions de barils par jour, soit 0,4 million de barils par jour et par mois.

READ  La Banque européenne pour la reconstruction et le développement se prépare à investir plus de 2 milliards d'euros dans la région MENA en 2021

Le groupe a accepté de prolonger son accord global jusqu’à fin 2022 à partir de la date prévue plus tôt en avril 2022, pour laisser plus de marge de manœuvre au cas où la reprise mondiale serait interrompue en raison de nouvelles variables virales.

Alors que Riyad et les Émirats arabes unis ont tous deux soutenu l’augmentation immédiate de la production, les Émirats arabes unis se sont opposés à l’idée saoudienne de prolonger l’accord jusqu’en décembre 2022 sans obtenir un quota de production plus élevé.

Pour contourner le différend, l’OPEP+ a accepté de nouveaux quotas de production pour plusieurs membres à partir de mai 2022, dont les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Russie, le Koweït et l’Irak.

Selon les calculs de Reuters, l’ajustement total ajoutera 1,63 million de barils par jour aux approvisionnements à partir de mai de l’année prochaine.

Les Émirats arabes unis verront leur production de référence augmenter, à partir de laquelle les réductions sont calculées, à 3,5 millions de bpj en mai 2022, contre 3,168 millions de bpj.

L’Arabie saoudite et la Russie verront leurs niveaux de référence passer à 11,5 millions de barils par jour contre 11 millions actuellement. L’Irak et le Koweït verront leurs niveaux de référence augmenter de 150 000 barils par jour chacun.

Le prince Abdulaziz a déclaré que le Nigeria et l’Algérie pourraient revoir leurs lignes de base.

(Reportage d’Olesya Astakhova, Rania El-Gamal, Alex Lawler, Ahmed Ghaddar, Vladimir Soldatkin et Dmitriy Zhdanikov ; écrit par Dmitriy Zhdanikov ; édité par Elaine Hardcastle et Philippa Fletcher

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  Le bon de travail de Biden décrit comment il utilise le pouvoir exécutif pour façonner l'économie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *