Le parti au pouvoir en Algérie remporte les élections législatives avec une faible participation

Le Front de libération nationale algérien, longtemps dominant, a remporté les élections législatives du week-end, mais avec un nombre de sièges considérablement réduit et le taux de participation le plus bas jamais enregistré dans le pays, avec 23 pour cent, a annoncé mardi le conseil électoral.

Le mouvement de protestation Hirak a boycotté le vote à la suite d’une série d’arrestations de personnalités de l’opposition, avec une forte présence policière dans la capitale, Alger, pour prévenir toute tentative d’organisation de rassemblements.

Le conseil électoral a déclaré à l’ANIE dans des chiffres provisoires que seulement 5,6 millions des plus de 24 millions d’électeurs éligibles ont voté lors des élections de samedi – un taux de participation record de seulement 23,03 pour cent – ​​avec plus d’un million de votes nuls.

Le chef de la commission électorale, Mohamed Sharafi, a déclaré que selon les résultats préliminaires, le Front de libération nationale a avancé avec 105 des 407 sièges.

Le résultat a été meilleur que prévu pour le Front de libération nationale, né de la longue lutte de l’Algérie pour l’indépendance de la France en 1962 et était le seul parti du pays jusqu’aux premières élections multipartites de 1990.

Mais le parti autoritaire Abdelaziz Bouteflika était considéré comme moribond après la démission du président malade sous la pression de l’armée après des semaines de manifestations de masse début 2019.

Si les résultats se confirment, le FLN perdra plus de 50 sièges et ne contrôlera qu’un quart de la nouvelle assemblée.

Les indépendants sont arrivés en deuxième position avec 78 sièges, tandis que le Mouvement pour la société de la paix, un parti islamiste modéré, est arrivé en troisième position avec 64 sièges.

READ  L'OPEP met en garde contre "d'énormes défis" alors que l'accord de réduction reste insaisissable

Le Rassemblement national démocratique, allié traditionnel du FLN et également lié au régime de Bouteflika, a remporté 57 sièges.

– ‘Liberté totale’ –

Avant les résultats officiels, le Mouvement pour une société pour la paix a déclaré que ses candidats étaient en avance dans la plupart des domaines, mettant en garde contre “les nombreux efforts pour modifier les résultats”.

Mais Al-Sharafi a déclaré que “les fondations de ce parlement ont été construites en toute liberté et transparence pour le peuple”.

« Les résultats sont venus sans surprise d’élections à huis clos tenues dans un climat de répression », a déclaré Saïd Salihi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme.

“C’était une nouvelle occasion manquée de changement et de démocratie”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Louisa Driss Ait Hamadouch, professeure de sciences politiques à l’université d’Alger, a estimé que la faible participation record “montre à quel point cette élection, comme celle qui l’a précédée, n’est pas la solution à cette crise”.

Le président Abdelmadjid Tebboune, qui a lui-même été élu avec un taux de participation officiel de moins de 40 % fin 2019, a fait preuve de courage face au taux élevé d’abstention et de dérapage des voix.

“Pour moi, le taux de participation n’est pas important. L’important est de savoir si les législateurs élus par le peuple ont suffisamment de légitimité”, a déclaré dimanche Tebboune.

Le mouvement, en plus d’être interrompu par la pandémie de coronavirus, avait organisé des manifestations deux fois par semaine pour la réforme jusqu’à ce qu’il soit effectivement interdit le mois dernier, et a déjà qualifié les élections de « fausses ».

READ  Rencontrez le duo de musiciens libanais dont la connaissance approfondie des traditions arabes des jours du patrimoine de Sharjah vous impressionnera

Suite à l’abolition du système des quotas instauré en 2012, le prochain parlement algérien sera désormais presque exclusivement masculin, avec seulement 34 femmes élues – sur 8.000 candidats – contre 146 dans la précédente assemblée.

Le mouvement a boycotté le vote, comme cela s’est produit avec le référendum constitutionnel de novembre qui a donné des pouvoirs supplémentaires à la présidence et à l’armée.

Mais les groupes de défense des droits ont déclaré que le jour du scrutin était essentiellement calme, sauf dans la région de Kabylie, où des urnes ont été pillées et des dizaines de personnes détenues par les forces de sécurité.

Deux journalistes éminents arrêtés à la veille des élections et libérés samedi, Khaled Darrani et Ehsan Al-Qadi, ont condamné leurs arrestations “arbitraires”.

bur-cnp/agr/dl/kjl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *