Le personnel du New York Times critique la « chasse aux sorcières » suite à une fuite d'enquêtes papier

Médias

Les employés du New York Times affirment qu’ils sont soumis à une « chasse aux sorcières » de la part des rédacteurs en chef qui enquêtent sur la source des fuites sur un épisode de podcast qui a été retiré en raison d’une controverse dans la salle de rédaction à propos d’un rapport sur des viols massifs présumés par le Hamas.

Charlotte Berndt, directrice des politiques et des enquêtes internes du Times, supervise les efforts de l'administration pour obtenir des détails sur la manière dont les délibérations impliquant le podcast « Everyday » ont été divulguées. Selon Vanity Fair.

Le Times souhaite connaître l'origine de ses fuites Article du site d'information de gauche R.C'est une objectionqui a rapporté fin janvier qu'un épisode de podcast avait suscité des controverses autour d'un article affirmant que des hommes armés du Hamas avaient systématiquement violé des Israéliens lors de leur déchaînement meurtrier du 7 octobre.

Le New York Times enquêterait sur la source d'une fuite sur les délibérations internes qui ont conduit à un épisode de janvier du populaire podcast « The Daily ». AFP/Getty Images

Les employés du Times ont déclaré à Vanity Fair qu'ils étaient contrariés par le fait que la direction enquêtait sur la fuite.

« Ce n'est pas quelque chose que nous faisons », a déclaré l'un des employés de Grey Lady à Vanity Fair. « Ce genre de chasse aux sorcières est vraiment inquiétant. »

Selon l’Intercept, le Times a annulé le podcast « au milieu d’un débat interne en colère sur la force des reportages originaux du journal sur le sujet ».

Le personnel du Times serait divisé sur une lettre envoyée le 28 décembre par des journalistes indépendants basés en Israël qui enquêtaient sur « La Dame Grise » sur des allégations selon lesquelles des terroristes du Hamas auraient violé des femmes israéliennes.

READ  Un plan de mouchard fiscal attise la haine contre un ministre allemand
Anat Schwartz est une journaliste indépendante qui a co-écrit un article pour le Times, dont les reportages ont été remis en question. Anat Schwartz/X

L'exactitude de l'histoire a été remise en question après que des incohérences soient apparues et que l'une des personnes citées comme ayant été témoins du viol ait fait des déclarations contradictoires.

Une famille interrogée par le Times a ensuite dénoncé le journal et accusé les journalistes de les avoir manipulés en affirmant que l'une des victimes du massacre du 7 octobre, Gal Abdush, avait été violée alors qu'il n'y avait aucune preuve pour étayer cette affirmation.

Le Times a récemment enquêté sur l’un des auteurs de l’article du 28 décembre, Anat Schwartz, après que des utilisateurs de X aient publié des captures d’écran de messages qu’elle appréciait sur les réseaux sociaux, dont un appelant Israël à transformer la bande de Gaza en un « abattoir ».

Le personnel du Times serait divisé sur un article publié le 28 décembre sur le conflit entre Israël et le Hamas. AFP via Getty Images

The Intercept a rapporté qu'un épisode de « Daily » avait été mis de côté en janvier parce que les producteurs et les éditeurs étaient confrontés à un dilemme : « diffuser une version qui correspond étroitement à l'histoire publiée précédemment et risquer de republier de graves erreurs, ou diffuser une version fortement édulcorée », soulevant des questions sur la question de savoir si le journal s'en tient toujours au rapport original.

« Il n’existe qu’une seule version d’un article de journalisme audio : celle qui est publiée », a déclaré un porte-parole du Times à The Intercept.

« Aucun épisode quotidien n'a été tué à cause d'un échec de vérification des faits. » Un porte-parole du Times a déclaré à The Intercept.

« Nous ne commenterons pas les questions internes », a déclaré un porte-parole du Times au journal lorsqu'on lui a demandé de commenter le rapport de Vanity Fair.

READ  La mort de Nika Chakarami, une manifestante de 16 ans, attise la colère en Iran
Les manifestants dénoncent les viols présumés commis par les terroristes du Hamas. Un article du New York Times du 28 décembre sur des viols collectifs présumés a été remis en question. AFP via Getty Images

« Je peux vous dire que le travail de notre rédaction nécessite confiance et collaboration, et nous attendons de tous nos collègues qu'ils adhèrent à ces valeurs. »

Les militants du Hamas ont massacré environ 1 200 civils et soldats israéliens lors d'un raid transfrontalier à l'aube du 7 octobre.

Dans les mois qui ont suivi, environ 30 000 Palestiniens ont été tués à la suite des bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

Le Hamas a rejeté les accusations selon lesquelles ses militants auraient commis des agressions sexuelles.


https://nypost.com/2024/03/01/media/new-york-times-staffers-slam-witch-hunt-as-paper-probes-leak/?utm_source=url_sitebuttons&utm_medium=site%20buttons&utm_campaign=site%20buttons

Copiez l'URL de partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *