Le printemps arabe, incompris Nouvelles du printemps arabe

Il y a dix ans, des manifestations antigouvernementales en Tunisie, en Libye, en Égypte, au Yémen, en Syrie et à Bahreïn ont nourri l’espoir, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la région, qu’un mouvement arabe pro-démocratie commençait enfin à s’épanouir. Mais à l’exception de la Tunisie, les soulèvements du printemps arabe ont échoué. Même le succès de la Tunisie est nuancé: l’économie de la nation est en plein désarroi et son expérience démocratique est fragile.

En 2011, de nombreux observateurs occidentaux ont mal compris la nature des manifestations. Dix ans plus tard, malheureusement, beaucoup le font encore.

Le principal mythe à dissiper est l’idée que le printemps arabe était un mouvement de protestation total et unifié alors qu’en fait, il s’agissait d’un ensemble de soulèvements séparés. Les griefs économiques et politiques se chevauchaient au-delà des frontières, mais étaient des manifestations locales organiques contre les régimes locaux.

Hormis l’inspiration selon laquelle ce qui pouvait arriver à un endroit pouvait fonctionner ailleurs, il n’y avait rien qui relie les manifestants à Tunis, où les premières manifestations ont eu lieu, avec les manifestants au Caire, à Damas ou ailleurs. Il n’y avait pas de fil conducteur, comme cela s’est produit lors de la vague de protestations qui a balayé l’Europe de l’Est il y a deux décennies.

De plus, il n’y avait rien d ‘«arabe» évident dans les manifestations non plus. L’idée que les soulèvements sont nés d’un sens commun du «panarabisme» est trompeuse. Il est frustrant que de nombreux Occidentaux – ainsi que de nombreux régimes arabes et arabes – continuent de voir la région du mauvais côté du télescope, considérant ses habitants comme un «bloc arabe» homogène, alors que c’est exactement le contraire.

READ  BMW s'attend à une croissance significative de ses bénéfices en 2021

Le soi-disant «monde arabe» est en fait une région composée de 22 pays habités par près de 400 millions d’individus d’une diversité frappante dont les nations et les identités ont été façonnées par des traditions contradictoires en généalogie, politique, sociale, culturelle, commerciale, religieuse et linguistique. .

Une dernière idée fausse qu’il faut surmonter: l’idée que le printemps arabe avait – ou aura – une certaine date de fin. La demande d’une plus grande justice économique et sociale représente des moments le long d’un continuum. Se libérer de l’emprise des autocrates nécessitera une série de pas en avant, suivis d’une retraite ou d’une suppression, suivis de pas en avant. Ce conflit est – et devrait en effet être – un processus récurrent chaotique.

Cependant, un optimisme prudent demeure. La bonne nouvelle est que le génie, comme on dit, est hors de la bouteille. Oui, les régimes autoritaires de la région, notamment l’Égypte, ont réussi à les remplir à nouveau à l’heure actuelle, mais le génie, qui a légèrement changé après chaque confrontation, continue d’apparaître, comme en témoigne la soi-disant deuxième vague. des manifestations du printemps arabe qui ont débuté en 2018 en Irak, au Soudan, au Liban et en Algérie.

Alors que l’Algérie a remplacé son dirigeant mais n’a pas réussi à changer son système, et que les accords corrompus de partage du pouvoir au Liban persistent avec ténacité, les manifestants n’ont montré aucun signe de recul dans leur quête de justice.

Mais ce n’est pas seulement l’Occident qui devrait réévaluer sa perception des soulèvements. Lorsque les habitants de la région revendiquent davantage la démocratisation, ils doivent tenir compte de leurs contradictions internes. Par exemple, comment les manifestants réclament-ils des libertés politiques et économiques élargies pour tous afin de concilier pourquoi ils continuent de soutenir les restrictions aux libertés individuelles pour certains – en particulier les femmes, les minorités religieuses et les personnes LGBTIQ?

READ  Des millions de chômeurs, les gouvernements ne s'inquiètent pas de l'inflation | Nouvelles des affaires et de l'économie

Les habitants de la région devraient considérer l’élimination de l’oppresseur comme la première étape d’un long voyage – et non comme une destination. Le travail acharné, comme les Tunisiens le savent bien, sera la transition et le maintien de la démocratie par la suite. Cela exigera de transformer les sociétés de l’intérieur – et non d’en haut. Une nouvelle génération de jeunes arabes soucieux du monde doit prendre sur elle de défier l’idéologie calcifiée et d’accroître l’engagement de la société civile à plaider en faveur du changement.

Cela ne sera pas facile, car dans le monde arabe postcolonial, les despotes ont consciemment entrepris d’engourdir l’esprit de leurs citoyens, les endoctrinant avec une propagande nationaliste excessive, une rhétorique d’exclusion et un discours religieux doctrinal. Cette forme de despotisme intellectuel a privé des générations d’Arabes non seulement d’une éducation de qualité, mais a appris à être intolérants, respectueux de l’autorité et mal équipés pour prospérer dans un monde démocratique globalisé.

Pour que la démocratie s’installe un jour, les citoyens de la région doivent commencer à reprogrammer leur esprit, reprogrammer leur esprit, et apprendre à coexister avec des perspectives et des modes de vie différents, de peur qu’ils ne se retournent les uns contre les autres, ouvrant la voie au retour des autocrates. . .

Dix ans après les premiers soulèvements, beaucoup à l’Est et à l’Ouest veulent croire qu’il y a encore un espoir de transition démocratique. Mais pour que cela réussisse, les perceptions des Occidentaux sur les Arabes doivent se développer, et la perception qu’ont les Arabes d’eux-mêmes.

READ  "Plus de femmes réalisatrices, mais peu d'entre elles occupent des postes de direction"

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *