Le Sénat français soutient le droit à l'avortement dans la Constitution

  • Par Patrick Jackson
  • nouvelles de la BBC

légende,

Des manifestants devant le Sénat ce mois-ci brandissaient des pancartes indiquant « Mon corps est mon choix » (à gauche) et « L'avortement dans la Constitution ».

La chambre haute du Parlement français, le Sénat, a voté massivement en faveur de l'inscription du droit des femmes à l'avortement dans la Constitution.

La proposition, qui avait déjà été approuvée par la chambre basse, l'Assemblée nationale, a reçu mercredi 267 voix contre 50.

L'avortement est légal en France depuis 1974, mais la pression s'est accrue pour l'inscrire davantage dans la loi.

Dans des pays amis comme les États-Unis et la Pologne, on craint que le droit de licencier ne soit supprimé.

Le président français Emmanuel Macron a appelé lundi à un nouveau vote spécial à Versailles, en banlieue parisienne, impliquant les deux chambres se réunissant.

Si l'Assemblée paritaire approuve un amendement constitutionnel à la majorité des trois cinquièmes au moins, il n'est pas nécessaire de le soumettre à un référendum.

Un sondage iPop réalisé en novembre 2022 suggère que 86 % des personnes soutiendraient l'amendement lorsque l'Assemblée nationale voterait la loi.

Aucun des principaux partis politiques du pays n'a remis en question le droit à l'avortement, mais le langage utilisé dans l'amendement a été modifié lorsque l'Assemblée nationale a reconnu le « droit » à l'avortement après le référendum de 2022.

Le mois dernier, le gouvernement de M. Macron a de nouveau voté en faveur de la « liberté » de l'avortement, affirmant que le gouvernement de M. Macron devrait « modifier l'article 34 de la Constitution pour citer la liberté des femmes d'avorter, qui est garantie ».

Le Sénat a approuvé mercredi ce nouveau terme pour « liberté garantie ».

Publier sur XM. Macron a déclaré qu'il s'était engagé à rechercher une abolition « irréversible » des libertés des femmes en les inscrivant dans la Constitution.

En réponse au vote, le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a déclaré que son pays était proche d'un « jour historique » où le « premier pays au monde à protéger la liberté des femmes dans sa constitution » déciderait du sort de leur corps.

S'adressant à l'agence de presse AFP, plusieurs sénateurs conservateurs ont déclaré qu'ils étaient sous pression pour approuver l'amendement.

« Si je vote contre, mes filles ne viendront plus à Noël », a déclaré une femme qui a demandé à rester anonyme.

Le débat sur l’avortement s’est intensifié aux États-Unis depuis que la Cour suprême a invalidé la droite nationale en juin 2022.

READ  Le président algérien brigue un second mandat | APAactualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *