L’économie algérienne a été touchée par la crise du virus et la baisse des revenus pétroliers

Dévaluation monétaire, inflation, croissance négative, fermetures d’entreprises : l’économie algérienne a été touchée par la crise du coronavirus et la chute des revenus pétroliers.

Les économistes avertissent qu’à moins que des mesures correctives à grande échelle ne soient prises, une baisse de la dette extérieure deviendra inévitable.

L’Office national des statistiques (ONS) a signalé une baisse de 3,9% du produit intérieur brut au cours du seul premier trimestre, avec un taux de chômage proche de 15% – des chiffres « inquiétants », selon Mansour Kadeer, professeur agrégé à l’école doctorale. Economie à Oran.

Hors secteur de l’énergie, le PIB a baissé de 1,5% en glissement annuel au premier trimestre, contre une augmentation de 3,6% l’an dernier par rapport au premier trimestre 2018.

Avec des mesures de confinement en place depuis le 19 mars pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, des secteurs tels que les services et le transport maritime sont pratiquement au point mort.

Le secteur de la construction, gros pourvoyeur d’emplois, est paralysé depuis des mois.

Le ministre des Finances Ayman bin Abdel Rahman estime les pertes des entreprises publiques à environ un milliard d’euros (1,17 milliard de dollars).

Les pertes du secteur privé n’ont pas encore été évaluées, mais de nombreuses entreprises fermées, notamment des restaurants, des cafés et des agences de voyages, risquent de faire faillite.

Le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad a déclaré que l’Algérie était confrontée à une « situation économique sans précédent », et a également blâmé la mauvaise gestion sous le président déchu Abdelaziz Bouteflika.

– stagnation –

En raison du manque de diversification, la plus grande économie de la région du Maghreb est fortement dépendante des revenus pétroliers et exposée aux fluctuations des prix du pétrole brut.

READ  Les Suisses ont peur d'utiliser la dette pour soutenir l'économie

Le Fonds monétaire international s’attend à ce que l’économie algérienne se contracte de 5,2% cette année.

Kededer prédit qu’à moins que des réformes ne soient faites, « la boîte de Pandore ouvrira… des émeutes, l’unitarisme, l’extrémisme religieux ».

Le président Abdelmadjid Tebboune a déjà exclu de solliciter des prêts auprès du Fonds monétaire international ou d’autres agences financières internationales, au nom de la « souveraineté nationale ».

L’Algérie garde un souvenir douloureux de son recours en 1994 au Fonds monétaire international et d’un plan d’ajustement structurel qui a entraîné des suppressions d’emplois massives, des fermetures et des privatisations.

– ‘Nouvelle décision’ –

Le gouvernement s’apprête à lancer un plan de relance économique et a décidé début mai de diviser par deux le budget de fonctionnement de l’Etat.

La loi de financement complémentaire 2020 repose sur un chiffre d’affaires en baisse à environ 38 milliards d’euros, contre 44 milliards d’euros initialement attendus.

Les experts disent que toute solution nécessitera des réformes radicales.

Kededir a exhorté les autorités à introduire des taux d’intérêt plus bas en tenant compte du secteur informel et des réductions d’impôts en fonction du nombre de nouveaux emplois créés.

Il a appelé à des projets majeurs tels que des parcs agro-industriels dans le vaste sud désertique du pays, avec des infrastructures de traitement, des voies ferrées étendues et de nouvelles villes pour les desservir – tous construits avec la main-d’œuvre locale.

L’économiste Abdul Rahman Maptool a déclaré, tout en reconnaissant que les hydrocarbures resteront la principale source de revenus pour les cinq à dix prochaines années, la sortie de la crise économique doit dépendre d’un nouveau système de gouvernement national décentralisé.

READ  Le ministre du Revenu a déclaré que l'économie était en meilleure forme cette année par rapport à 2020

Il a déclaré que l’Algérie doit « conjuguer toutes les forces politiques, économiques et sociales… (et) éviter les divisions sur des questions secondaires ».

Mabtool a appelé à « une symbiose entre l’État et les citoyens, y compris les élus, les entreprises, les banques, les universités et la société civile afin de lutter contre la bureaucratie paralysée ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *