L’effondrement des BRICS et l’Algérie restant en dehors

L’échec de l’élection de l’Algérie comme l’un des nouveaux États membres des BRICS représente un coup dur pour l’administration dirigée par Abdelmadjid Tebboune. En revanche, le caractère du Front Polisario était exalté. Six pays ont été invités à rejoindre l’Alliance économique des marchés émergents des BRICS, selon Cyril Ramaphosa, président sud-africain et actuel chef des BRICS.

Dans un discours publié sur la plateforme de médias sociaux Inde, Chine et Afrique du Sud. À compter du 1er janvier 2024, ils en deviendront membres.

Le 15e sommet des BRICS se tient actuellement en Afrique du Sud et l’expansion de l’organisation constitue une question importante à l’ordre du jour. Vladimir Poutine, président de la Russie, n’a pas pu y assister en personne, peut-être en raison de l’ordonnance de la CPI qui, en théorie, aurait obligé le pays hôte, signataire de la CPI, à procéder à son arrestation.

Selon Ramaphosa, les BRICS constituent un groupe diversifié de pays. « Il s’agit d’un groupe de nations égales avec des points de vue contrastés, mais avec l’objectif commun d’un monde meilleur. » Les lignes directrices, normes, critères et procédures du processus d’élargissement des BRICS ont été approuvés par les cinq membres des BRICS.

AFP/Gianluigi Guersia- Le Premier ministre indien Narendra Modi (CL) et le président sud-africain Cyril Ramaphosa (à droite) arrivent au sommet des BRICS 2023 au Sandton Convention Center à Johannesburg le 23 août 2023.

Au total, 23 pays ont soumis des candidatures formelles pour rejoindre les BRICS, dont les six pays qui, selon Ramaphosa, ont été invités. Il y a eu un intérêt officieux de la part d’autres acteurs africains majeurs tels que le Nigeria et le Ghana. L’élargissement, selon le président chinois Xi Jinping, est « un nouveau point de départ pour la coopération des BRICS ».

READ  Le Saudi Center for Economic Business met en œuvre 160 initiatives pour améliorer le parcours des investisseurs

Selon une traduction fournie par le sommet, le dirigeant russe Vladimir Poutine a salué les « compétences diplomatiques uniques » de Ramaphosa. Alors que nous négociions toutes les positions, y compris celles liées à l’expansion des BRICS, nous avons noté que les négociations étaient une « tâche difficile » et avons salué sa « maîtrise diplomatique unique ».

Ramaphosa a suggéré que d’autres pourraient être ajoutés plus tard

«Nous respectons le désir d’autres pays de s’associer aux BRICS. » A-t-il déclaré jeudi lors d’une conférence de presse des responsables des BRICS. Nous avons chargé nos ministres des Affaires étrangères de développer davantage le modèle des pays BRICS et la liste des pays partenaires potentiels et de faire rapport au prochain sommet.

L’intérêt croissant d’autres pays à rejoindre les BRICS, selon le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, est une preuve de l’importance du groupe. Les pays BRICS représentent désormais respectivement 46 % de la population mondiale et 37 % du PIB mondial. Ils garderont également leurs portes ouvertes aux nouveaux participants. La croissance et la modernisation du groupe, selon le Premier ministre indien Narendra Modi, « est un message selon lequel toutes les institutions mondiales doivent s’adapter aux temps changeants ».

Agence France-Presse / Agence France-Presse – Un graphique montrant la croissance du PIB réel des pays BRICS

Les nouvelles des membres ont été chaleureusement accueillies aux Émirats arabes unis. « Nous respectons les objectifs des dirigeants des BRICS et apprécions l’adhésion des Émirats arabes unis à cette importante organisation. » Suite à cette déclaration, le président des Émirats arabes unis, Mohammed ben Zayed, a déclaré le 10 : « Nous espérons un engagement continu en faveur de la coopération pour la prospérité, la dignité et le bénéfice de toutes les nations et de tous les peuples du monde. »

READ  Le groupe appelle au développement des ressources pétrolières et gazières de l'Irlande

Dans un article publié sur le site Internet X, Mohammad Jamshidi, chef adjoint du bureau des affaires politiques du président iranien, a qualifié l’inclusion de Téhéran dans le groupe des BRICS de « « Une victoire stratégique pour la politique étrangère iranienne.

Le pouvoir de l’argent

Les nouveaux membres potentiels non seulement feront connaître le bloc des BRICS, mais offriront également aux participants de l’alliance la possibilité de faire des affaires entre eux dans la monnaie locale, selon Gustavo de Carvalho, analyste politique et chercheur principal au ministère sud-africain du développement. Institut. Les affaires internationales. Selon une traduction officielle du sommet, le président brésilien da Silva a déclaré jeudi que le groupe des BRICS étudiait toujours la possibilité de créer une monnaie collective, qui pourrait « Augmenter nos options pour [a] méthodes de paiement et réduire nos vulnérabilités.

AFP/Gianluigi Guersia- Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva (à gauche), accompagné de la Première dame Rosangela Ganga da Silva (à droite), arrive au sommet des BRICS 2023 au Sandton Convention Center à Johannesburg le 23 août 2023.

« On ne sait pas exactement ce qu’il adviendra de la dynamique du groupe pour le moment, mais il est clair qu’il crée un nouvel espace pour le commerce au sein du Sud global. » Il a ajouté que bon nombre des justifications contenues dans la déclaration « reflètent la voix collective sur la nécessité d’un changement de la part des institutions internationales, en particulier des institutions financières internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ». [International Monetary Fund] Et l’Organisation mondiale du commerce [World Trade Organization] À propos de Carvalho.

Les pays BRICS ont adopté des positions différentes dans leurs relations avec l’Occident. Alors que la Russie fait l’objet d’un certain nombre de sanctions occidentales suite à son invasion de l’Ukraine, les tensions commerciales et diplomatiques entre les deux pays se sont accrues. « Les conflits en cours dans de nombreuses régions du monde nous inquiètent. Nous affirmons notre engagement en faveur d’une résolution pacifique des différends et des conflits par le biais d’un dialogue et de consultations approfondis », a déclaré Ramaphosa lors d’une conférence de presse jeudi, sans nommer les conflits en question.

READ  Une étude de Sydney révèle que les blessures des cyclistes lors de la livraison de nourriture ne sont pas signalées The Party Economy
Photo/Agence Saudi De Prensa – Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud préside la réunion du gouvernement par vidéo

Les difficultés posées par les nouveaux membres des BRICS varient. Les États-Unis imposent des sanctions contre l’Iran en raison de son programme nucléaire, et les récents combats en Éthiopie inquiètent certaines personnes quant à la stabilité de leur pays. L’Égypte a été confrontée à des pressions financières et l’Argentine a récemment dévalué de manière spectaculaire son peso et augmenté ses taux d’intérêt après la victoire surprise du libéral Javier Miley aux primaires. Alors que Riyad continue de recevoir des critiques de la part de l’Occident concernant son bilan en matière de droits humains, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis recherchent activement la croissance dans les secteurs non pétroliers.

Coordinateur Amériques : José Antonio Sierra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *