L’Egypte et l’Algérie se rapprochent – Egypte – Al-Ahram Weekly

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est rendu cette semaine au Caire pour deux jours.

Le président Abdel Fattah El-Sisi a reçu Taboun à l’aéroport du Caire, lundi après-midi.

À l’issue des entretiens bilatéraux mardi matin, le président El-Sissi a déclaré lors d’une conférence de presse que l’accent était mis sur le renforcement des relations politiques, économiques et commerciales bilatérales, ainsi que sur les questions régionales telles que les situations en Libye, en Syrie, en Palestine et le terrorisme. en Afrique et dans le monde arabe.

El-Sissi a révélé que la prochaine série de réunions du Comité supérieur conjoint égypto-algérien sera déterminée prochainement et qu’elle visera à faire progresser la coopération économique et d’investissement entre les deux pays.

Le commerce entre l’Égypte et l’Algérie fluctue depuis 2019, date à laquelle, selon le commentateur économique Karim El-Amdeen, il a atteint 1,5 milliard de dollars. En 2020, dans le contexte de la pandémie de coronavirus, il est tombé à 650 millions de dollars, mais en 2021, les exportations non pétrolières de l’Égypte vers l’Algérie ont augmenté de 14 % et la valeur des échanges commerciaux entre les deux pays a rebondi de 15,4 %. à un milliard de dollars.

El-Sisi a déclaré qu’il avait également évoqué l’importance de parvenir à un accord sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne lors des pourparlers avec Tebboune, et qu’ils « ont convenu qu’il est urgent de parvenir à un règlement équitable concernant le remplissage et l’exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne ». Barrage de la Renaissance éthiopienne. » endiguer ».

Il y a eu beaucoup de spéculations selon lesquelles l’Algérie ferait office de médiateur entre l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan dans le but de reprendre les négociations sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne. Les analystes politiques citent un récent échange de déclarations positives sur cette question par de hauts responsables éthiopiens et égyptiens.

READ  Just In: Tennessee embauche l'associé Marquette HC Justin Gainey

Le 20 janvier, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a appelé l’Égypte et le Soudan à considérer le barrage de la Renaissance comme un symbole de paix, de coopération et de coexistence mutuelle. D’autre part, le Premier ministre Mostafa Madbouly a annoncé mardi que l’Egypte était intéressée à reprendre les pourparlers pour résoudre les points de désaccord techniques et juridiques et parvenir à un accord équilibré avec l’Ethiopie. « L’Egypte espère parvenir à un accord sur le barrage de la Renaissance et établir une nouvelle phase de coopération pour parvenir à la stabilité régionale », a déclaré Madbouly.

Le président Sissi a également indiqué que l’Egypte espère le succès du sommet arabe, qui devrait se tenir en Algérie.

« Nous avons eu des discussions intenses et constructives sur la manière de faire avancer l’action arabe commune et d’assurer le succès du prochain sommet arabe », a déclaré Sissi. Les discussions à cet égard ont porté sur la nécessité d’établir un État palestinien et d’organiser des élections présidentielles et législatives en Libye. Nous avons convenu que les mercenaires étrangers devraient quitter la Libye conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU afin d’ouvrir la voie à l’indépendance et à la souveraineté de la Libye.

Le président Tebboune a déclaré que les positions de l’Egypte et de l’Algérie sont identiques sur un ensemble de questions régionales arabes et africaines.

« Nous avons convenu de tenir des contacts et des consultations périodiques avant le prochain sommet arabe qui se tiendra en Algérie », a déclaré Tebboune, et a discuté des moyens de parvenir à un consensus sur l’ordre du jour du sommet.

READ  French Macron s'engage à visiter l'Afrique du Sud à l'aide d'un vaccin | Actualités, Sports, Emplois

Le président Tebboune a indiqué que l’Egypte et l’Algérie veulent que le sommet arabe soit un pont entre les Arabes d’Afrique et ceux d’Asie. L’Égypte entretient des relations solides avec nos frères arabes en Asie et peut aider à construire des ponts dans cette région. Il a déclaré que le prochain sommet arabe devrait aider les Arabes à faire face aux défis résultant des conflits extérieurs et des agendas secrets qui ne servent pas les intérêts et les ambitions arabes.

Bahaa Mahmoud, chercheur politique au Centre Al-Ahram d’études politiques et stratégiques, a confirmé que la visite de Taboun en Égypte était la première d’un président algérien en 14 ans, notant que « l’Algérie a été le premier pays que le président Sissi a visité après son arrivée aux élections de 2014. »

Mahmoud a déclaré que la visite de Tebboune était d’une grande importance pour l’Algérie, car elle se prépare à accueillir le sommet arabe, et que « lors de sa visite au Caire, le président Tebboune a tenu à obtenir le soutien de l’Égypte pour aider à faire du sommet un succès. « 

Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra s’est rendu au Caire la semaine dernière, où il a rencontré le président Sissi, le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry et le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit. Lamamra a déclaré que l’Algérie soupçonne que « des forces hostiles complotent pour saper le prochain sommet arabe en Algérie ».

Hossam Zaki, sous-secrétaire général de la Ligue des États arabes, a déclaré : « Le sommet arabe pourrait être reporté à juin en raison de la pandémie de coronavirus et laisser le temps de former un consensus sur les situations complexes en Palestine, en Libye, en Syrie, au Liban, Irak et Yémen.

READ  Football - L'Algérie a marqué 17 minutes dans les arrêts de jeu pour battre le Qatar

« L’Algérie craint qu’il n’y ait une faible représentation au prochain sommet arabe, en particulier de la part des États arabes du Golfe », a déclaré Mahmoud.

« La question de savoir si la Syrie doit rejoindre la Ligue arabe et participer au prochain sommet arabe pourrait également être une question épineuse », a déclaré lundi à Sky News Arabia le professeur algérien de sciences politiques Mohamed El-Sayed Bishr.

Les pays arabes sont divisés sur cette question. Alors que l’Algérie et peut-être l’Egypte saluent la présence syrienne, d’autres pays arabes ont des réserves. »

* Une version imprimée de cet article est parue dans le numéro du 27 janvier 2022 d’Al-Ahram Weekly.

lien court:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.