Les Algériens votent dans les sondages locaux Bouteflika marque le « changement » | Nouvelles sur les élections

L’élection en Algérie sous le président Abdelmadzi Debௌn est le troisième vote

Les Algériens ont voté aux élections locales, principalement dans le but de renverser les deux décennies de règne du président Abdelmadjit Debn par feu le président Abdelaziz Boutfilika.

Mais malgré les campagnes officielles exhortant les Algériens à « faire leur marque », le référendum de samedi sur les conseils municipaux et provinciaux n’a pas suscité l’intérêt du public.

Le troisième vote des élections algériennes sous le Debon, qui promet de réformer les entreprises publiques dérivées du puissant Bouteflika qui dirige le pays depuis deux décennies.

Les observateurs ont prédit une baisse de la participation en avril 2019, lorsque Podflika a été évincé du pouvoir par le mouvement pro-démocratique anti-Hirak.

L’analyste Mohamed Hennad a déclaré que le régime nord-africain « essayait d’imposer sa volonté malgré les résultats embarrassants des élections précédentes ».

Les bureaux de vote ouvriront à 8h00 (07h00 GMT) et fermeront à 19h00. Plus de 23 millions de personnes sont éligibles pour voter, avec 15 230 candidats en lice et les résultats sont attendus dimanche.

La campagne a été interrompue malgré les appels des autorités pour que les Algériens y participent s’ils voulaient « changer » et « construire l’entreprise ».

Tebboune a été élu lors d’un référendum controversé et largement ignoré en 2019 quelques mois seulement après la démission de Bouteflika sous la pression de l’armée et des rassemblements du Hirak.

Il a promis de rompre avec les élections locales et régionales, qui ont été entachées par de nombreuses allégations de fraude à l’époque de Poutflika, décédé en septembre à l’âge de 84 ans.

READ  Les maisons de champagne françaises lèvent une collation pour des ventes record attendues en 2021

Dans une interview télévisée vendredi, Tebboune, un ancien Premier ministre de Bouteflika, a appelé les Algériens à participer activement au référendum.

« Si les gens veulent du changement, il est temps qu’ils le fassent eux-mêmes en votant », a-t-il déclaré.

« Grands défis »

Les conseils locaux algériens élisent les deux tiers de la chambre haute du parlement national, le président désignant le reste.

Redouane Boudjemaa, professeur de journalisme à l’Université d’Alger, a déclaré que le référendum était simplement « une tentative de nettoyer la face des conseils locaux, en transformant ses membres au profit de la classe dirigeante ».

« La politique actuelle se limite à des slogans déclarant que le pays est entré dans une nouvelle ère, alors que tous les indicateurs indiquent le contraire. »

Bien qu’il ait compilé d’importantes mesures politiques en réponse aux appels à la réforme du mouvement d’opposition, le régime de Tebboune a vu la répression des journalistes et des militants de Hirac se faire.

Il a été mêlé à une crise diplomatique avec le dirigeant colonial algérien, la France, et est mêlé à une crise diplomatique avec le Maroc voisin, avec lequel les Algériens ont rompu leurs relations diplomatiques avec le mois d’août sur le territoire contesté du Sahara occidental.

Mais dans ses commentaires télévisés vendredi, DePhone a déclaré: « Ces relations doivent être normalisées par d’autres parties. [France] Les conçoit sur un pied d’égalité sans provocation.

Hennat a déclaré que l’élite au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France en 1962 avait utilisé des slogans autour du changement pour imposer son programme, sans la véritable implication d’autres forces politiques.

READ  L'Algérie domine le Mali, la Côte d'Ivoire Dominic Diamond brille - Championnat d'Afrique U16 de la FIFA 2021

En novembre 2020, DePhone a adopté une constitution amendée approuvée par moins de 24% de l’électorat et a supervisé des élections parlementaires auxquelles seulement 23% de l’électorat ont participé.

Malgré l’annonce du boycott de l’opposition (RCD) pour la culture et la démocratie, les militants du parti restent sur la liste indépendante, mettant en place une confrontation avec le Front compétitif des forces socialistes (FFS) dans la région de Kabili.

Le président du comité électoral, Mohammed Sarfi, a souligné les efforts de l’organisme pour augmenter la participation.

Mais Boudjemaa a déclaré que le principal problème à risque était « les plus grands défis économiques et sociaux de l’année à venir », avertissant que le pouvoir d’achat des Algériens allait « baisser ».

« De nombreux indicateurs montrent que le pouvoir [ruling elite] Il n’y a pas de vision ou de stratégie pour répondre à la crise », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *