Les dirigeants de la Russie et de Cuba se rencontrent à Moscou, l’Excellence de l’icône rebelle Castro

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré mardi à Moscou son homologue cubain, où les deux hommes ont dévoilé un monument au leader révolutionnaire cubain Fidel Castro et ont salué « l’amitié traditionnelle » entre les deux pays frappés par les sanctions.

Une vidéo publiée sur le site Web du Kremlin montrait Poutine et le chef de l’État cubain, Miguel Diaz-Canel y Bermúdez, prononçant des discours alors que des gardes militaires russes entouraient une statue en bronze de Castro.

Le regretté Castro a embrassé le communisme de style soviétique après avoir joué un rôle de premier plan dans une révolution qui a chassé le dictateur Fulgencio Batista en 1959 du pouvoir. Et il a continué à défier l’interdiction américaine paralysante et des dizaines de complots d’assassinat au cours du demi-siècle de son règne sur l’île, avant de mourir en 2016 à l’âge de 90 ans.

Poutine, dans un discours, a souligné l’histoire de défi de Castro, le louant pour « avoir défendu de manière désintéressée la souveraineté de son pays natal » et le liant aux sanctions occidentales imposées à la Russie dans le cadre de sa campagne militaire en Ukraine.

« L’Union soviétique et la Russie ont toujours soutenu, et soutiennent encore aujourd’hui, le peuple cubain dans sa lutte pour l’indépendance et la souveraineté. Nous nous sommes toujours opposés à toute forme de restriction, d’embargo, d’embargo, etc. Nous avons toujours soutenu Cuba. international et nous voyons que Cuba adopte la même attitude envers la Russie.

D’autres hauts responsables russes ont joué des airs similaires lors de leurs rencontres avec Diaz-Canel, arrivé samedi à Moscou.

READ  L'Algérie table sur un excédent commercial de 17 milliards - Économie

Le président du Parlement russe, Viatcheslav Volodine, a qualifié Cuba de « symbole de la lutte pour l’indépendance » lors des pourparlers de mardi, selon un communiqué publié sur le site Internet de la Douma d’Etat.

Les agences d’État russes ont également cité Dmitri Medvedev, chef adjoint du puissant Conseil de sécurité russe et ancien président, disant qu' »aucune sanction n’est capable d’entraver le développement à Cuba et dans la Fédération de Russie » lors de sa rencontre avec le dirigeant cubain lundi.

Selon le communiqué de la Douma d’État, Diaz-Canel a souligné que « la Russie peut toujours compter sur Cuba » lors de sa rencontre avec Volodine mardi, et a condamné les sanctions américaines contre Moscou comme étant « coercitives » et « injustes ».

Diaz-Canel a entamé sa visite à l’étranger mercredi dernier en Algérie, où il a négocié un soutien au secteur énergétique cubain, notamment l’achat d’une quantité indéterminée de pétrole et le don d’une centrale solaire. Il doit se rendre en Turquie et en Chine.

Le commerce entre Cuba et la Russie était d’environ 500 millions de dollars en 2019, a noté le vice-Premier ministre russe Yuri Borisov lors d’une visite sur l’île cette année-là.

Les médias d’État cubains ont rapporté que l’agenda de Díaz-Canel se concentrerait sur le secteur de l’énergie, un secteur très sensible pour l’île car il est aux prises avec des pénuries de nourriture, de médicaments et de carburant. Des heures de coupures de courant quotidiennes se sont produites dans la plus grande ville de Cuba, déclenchant des protestations.

Le gouvernement cubain a reconnu le problème et a accusé les sanctions américaines, qui ont été renforcées sous l’ancien président Donald Trump, de causer la pauvreté et d’alimenter indirectement les manifestations.

READ  Pong Pong Marcus aux chefs d'entreprise cambodgiens : nous guidons l'économie du PH dans la bonne direction

Le principal allié politique régional de La Havane, le Venezuela, a vendu à l’île le pétrole dont Cuba avait besoin au cours des deux dernières décennies. Cuba ne produit que la moitié du pétrole dont elle a besoin pour son économie.

Des années 1960 au début des années 1990, l’Union soviétique a fourni à Cuba plusieurs importations vitales : des engrais, des équipements industriels, des pièces détachées et surtout du pétrole en échange de sucre.

Lorsque l’ancienne alliance s’est effondrée, Cuba devait à la Russie environ 35 milliards de dollars de dette, dont 90 % ont été annulés par l’administration Poutine en 2014. Le solde a été refinancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.