Les États du Golfe étaient-ils derrière le complot en Tunisie ?

Lorsque le président tunisien Keyes Saïd a pris ses fonctions en 2019, il est devenu connu comme un étranger politiquement maladroit. Inexpérimenté, pas riche, très séduisant et n’appartenant à aucun parti politique. Continuez à rejeter les appels de l’étranger. Les Tunisiens en ont fini avec la peur de voler.

Mais le même président chancelant est comparé à Napoléon III depuis son entrée en fonction le 25 juillet. Et comme l’empereur français du XIXe siècle, il a mené une conspiration et s’est emparé de la souveraineté. Saeed a déclaré la semaine dernière qu’il avait suspendu le parlement et la constitution, ne statuant que par décret.

Quant à la résistance accrue, on dirait qu’elle est revenue au premier niveau. Dix ans après la naissance de la démocratie, seule conquête de la région arabe, le dictateur a quitté la Tunisie, qui “au-delà de l’ancien dictateur Ben Ali”, disent les détracteurs de Saied.

A l’heure où l’économie tunisienne est au bord de la faillite et cherche de l’argent pour boucler le budget de l’année en cours. Pendant ce temps, Saeed a des problèmes avec plusieurs de ses principaux partenaires économiques étrangers.

Par exemple, la présidente Angela Merkel a appelé il y a quelques jours à “indiquer au président la nécessité de revenir à la démocratie parlementaire”. Cette pression venait auparavant des États-Unis et du coordinateur des affaires étrangères de l’Union européenne, Josep Borrell, et du Groupe des Sept, le club des grandes nations industrialisées.

Le président Saeed hausse les épaules devant cette ingérence d’autres pays. Il veut se vanter des promesses d’aides financières des « pays amis » qui suffiront à sortir l’économie tunisienne de la stagnation. Les assurances sont venues en août lors d’une visite en Tunisie de hauts délégués des Émirats arabes unis et d’Arabie saoudite.

Motivation financière derrière

Ce n’est pas nouveau pour les États du Golfe d’augmenter le financement des complots dans la région, a déclaré Sami Hamdi, directeur algéro-tunisien du conseil stratégique international à Londres. La même chose s’est produite en Egypte. Au moment où le général Cissé a renversé le président Morsi, les Émirats arabes unis avaient envoyé 3 milliards de dollars et l’Arabie saoudite 5 milliards de dollars.

READ  Tesla déplace son siège social au Texas depuis la Californie

Cette alliance n’est due qu’à des problèmes avec l’Algérie voisine et d’autres pays de la région avec la Tunisie. L’Algérie ne veut pas que la Tunisie devienne un soldat aux mains des Emirats Arabes Unis et de l’Arabie Saoudite.

Chez nous, on craint que les États du Golfe ne serrent la main du président tunisien dans l’espoir du retour d’une dictature laïque. C’est pourquoi ces pays sont également impliqués dans les préparatifs du coup d’État. Le caricaturiste tunisien a récemment peint un banc comme “un robot fabriqué aux Emirats Arabes Unis”.

Il y avait déjà eu des rapports de manifestations prévues aux Émirats arabes unis l’année dernière

Lors des soulèvements en Tunisie, en Libye, en Égypte et dans d’autres pays en 2011, les dirigeants dictatoriaux des Émirats arabes unis et d’Arabie saoudite craignaient que leurs régimes ne soient en danger. Pour cette raison, ils ont commencé, notamment en Égypte et en Libye, à exprimer leur colère contre les (supposés) Frères musulmans, principaux vainqueurs des premières élections démocratiques. En Égypte, ils ont aidé l’Autorité CC.

Soutenir l’armée et les chefs militaires tunisiens n’est pas un choix évident car les militaires y sont traditionnellement restés à l’écart de la politique. C’est pourquoi certains analystes doutent que la police ait été choisie en Tunisie. Hamdi : Il y a beaucoup d’ancien régime. Ils veulent maintenir leurs positions à n’importe quel niveau.

Les États du Golfe ont également ciblé les démocrates musulmans INTO, qui ont remporté presque toutes les élections depuis 2011, sont presque constamment au pouvoir et enracinés dans les Frères musulmans.

Président isolé

Selon Hamdi, la participation des Emirats remonte à 2014. Bientôt, les Emirats se sont retrouvés avec le parti PDL, prolongement du parti du dictateur Ben Ali, renversé en 2011. Parfois, l’ambassadeur de l’émirat en Tunisie peut être un invité. aux banquets. Par la suite, le PDL a jeté les bases du complot de Saïd. “Le parti a complètement sapé la confiance dans le Parlement – et Nidaa est le plus grand parti. Les Tunisiens ont progressivement l’intention d’abolir le Parlement”, a déclaré Hamdi.

READ  Sachin Pilot dit que le NMP créera un monopole et un duopole dans notre économie

Et des médias étrangers, dont des médias turcs, ont fait état en juin dernier des manifestations organisées par les autorités tunisiennes et menées depuis les Emirats. A l’époque, le parquet tunisien aurait ouvert une enquête sur “les appels des réseaux sociaux à agir contre les entreprises publiques, la révolution et la dissolution du parlement”. Le compte Facebook de l’un des groupes de travail aurait été géré par “deux personnes aux Emirats Arabes Unis”.

Et l’entêtement a accusé les EAU d’être derrière le groupe de travail le plus populaire sur Facebook. Ces frais ne peuvent pas être vérifiés car la page en question a été supprimée. Étonnamment, aucun des groupes d’activités Facebook encore actifs n’a d’adresse IP tunisienne.

Le président Alkeys Saeed reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères en Tunisie
images de dessins animés

“Saeed est obsédé par le pouvoir”, a déclaré Johar Moubarak, conseiller de l’ancien Premier ministre de Saïd, par une chaude après-midi dans un hôtel bondé de Tunis. Il aurait dû préparer soigneusement ce complot avec le soutien des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et de l’Égypte.

Moubarak a fait campagne pour Saïd en 2019 et a ensuite aidé à former le premier gouvernement de Saïd. Début mars, Saeed était pleinement impliqué dans une confrontation avec le Premier ministre de l’époque, le mouvement Nida et certains autres partis. A partir de ce moment, il a commencé à tout enseigner. « Une loi importante, des questions telles que la création de la Cour constitutionnelle. »

Il a évoqué une “transformation heureuse” après la visite du président à Sissi en avril dernier. “C’est le début”, dit-il. À son retour chez lui, la lettre de Saïd est devenue plus hostile, agressive et « anti-tunisienne ». Soudain, il évoqua le rôle politique de l’armée, pour lequel son obstination devait payer.

READ  Tehachapi cherche à stimuler l'économie en proposant un programme de fidélité aux entreprises locales

Mi-mai, une ancienne porte-parole proche de M. Rashida El Naifer a déclaré dans une interview à la radio que « le président a probablement été piraté par le personnel, et il y a des individus qui travaillent pour des partis anti-démocratiques dans le système présidentiel. .”

exigences individuelles

Depuis début juillet, des groupes militants sont apparus sur Facebook, invitant les gens à descendre dans la rue le 25 juillet, pour célébrer la déclaration républicaine. S’il y a toujours une manifestation quelque part en raison de la crise économique et politique, c’est différent. Avec les exigences les plus méprisables, hostiles et parfois inhabituelles : « Nommez un commandant d’armée pour chaque province et chaque ministère. »

Le 22 juillet, le haut soldat de l’armée des Émirats arabes unis, Kalban Tamim, a vu venir le complot. Trois jours avant que Said ne prenne le pouvoir, le lieutenant-général Tahi Kalpan a tweeté : « Bonne nouvelle ! Bientôt, les Frères musulmans recevront un nouveau coup dur.

Dans la soirée du 25 juillet, suite à l’annonce du coup d’État de Datat, quelqu’un en Égypte a tweeté que « La Tunisie est une révolution contre les Frères musulmans ». Le hashtag a été retweeté en masse à partir de faux comptes des Émirats arabes unis, d’Arabie saoudite, d’Égypte, du Mexique, du Brésil et d’Afrique du Sud. Le cabinet d’études Ecot a constaté que seulement 1,2% des appels provenaient de Tunisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *