Les fidèles de la mosquée prient pour qu’il pleuve dans un Maroc ravagé par la sécheresse

Publié le: Modifié:

Rabat (AFP) – Les mosquées ont organisé des prières pour la pluie vendredi dans le royaume aride du Maroc, où les agriculteurs luttent contre une sécheresse aiguë.

Le roi Mohammed VI a ordonné à toutes les mosquées du pays d’organiser des prières « appelant Dieu à la pluie », a indiqué le ministère des Affaires religieuses dans un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle MAP.

Ces prières, qui ont également lieu dans d’autres pays musulmans lorsque la pluie est nécessaire, sont basées sur un verset du Coran et sur un dicton du prophète Mahomet, qui recommandait une prière supplémentaire « chaque fois que la pluie se fait rare ».

L’économie du Maroc dépend fortement de l’agriculture, mais le pays est au milieu d’une grave sécheresse. Selon les chiffres officiels, les réservoirs sont à seulement 34% de leur capacité, contre 46% à la même époque l’année dernière.

Malgré l’amélioration des récoltes en 2021, le manque d’eau a mis à mal le secteur agricole, qui représente environ 14 % du produit intérieur brut du pays.

La situation fait craindre une flambée des prix des produits de première nécessité.

En janvier, le haut lieu touristique de Marrakech a imposé des restrictions strictes sur l’utilisation de l’eau, a rapporté le site d’information Medias24.

Cela a rappelé 2020, lorsque la ville côtière atlantique d’Agadir a coupé l’approvisionnement en eau courante la nuit pour en limiter l’utilisation.

Agadir a mis en marche ce mois-ci la première usine de dessalement d’eau de mer du pays pour répondre aux besoins des terres agricoles désespérément sèches à proximité.

READ  Andrew Cuomo ordonne la confiscation de 5,1 millions de dollars de bénéfices liés aux livres épidémiques | Nouvelles des affaires et de l'économie

Le ministère de l’Agriculture prévoit que les précipitations moyennes chuteront de 11 % d’ici 2050, la quantité d’eau disponible pour l’irrigation diminuant d’un quart.

Avec le Maroc, les pays d’Afrique du Nord que sont l’Algérie, la Libye et la Tunisie font partie des 30 pays les plus soumis au stress hydrique au monde, selon le World Resources Institute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.