Les manifestations politiques en Algérie sont sur le point de s’intensifier à mesure que la crise économique s’aggrave

Le ciment qui lie l’Algérie n’est plus lié. Les conditions financières du pays ont été gravement affectées par la baisse des prix du pétrole, et le régime est devenu incapable d’acheter la paix sociale, alors que la monnaie, l’économie et les services publics se sont effondrés, alimentant davantage les manifestations pro-démocratie connues sous le nom de Hirak.

Deux ans plus tard, la flamme du mouvement s’est enflammée après avoir été éteinte en raison des restrictions du virus Corona.

Vendredi 26 février, des milliers de personnes sont descendues dans les rues des grandes villes algériennes en scandant des slogans en faveur d’un État civil.

Deux ans après l’éclatement du mouvement de protestation contre le cinquième mandat de Bouteflika malade, l’Algérie se retrouve à nouveau dirigée par un autre président malade, Abdelmadjid Tebboune, dont les cordes sont contrôlées par le conseil militaire vieillissant qui profite du statu quo.

Ainsi, le mouvement, qui a réussi à mettre fin au régime imposé par Abdelaziz Bouteflika, est désormais de retour dans la rue contre le nouveau président et son gouvernement. L’argument des manifestants est que tout ce qui s’est passé entre 2019 et 2020 n’a rien changé d’autre. Certaines des initiatives de libéralisation du régime n’ont pas convaincu les habitants, qui les considèrent comme plus que les mêmes.

Comme indiqué dans un rapport top secret de la CIA récemment divulgué par les médias, les Algériens n’attendent plus rien de la classe politique actuelle. Ils jettent tout le système et pensent que l’armée leur a volé leur révolution.

READ  Le lait ukrainien va bientôt entrer sur les marchés du Japon et de l'Argentine

Comme dans Hirak 2019, la police a imposé des restrictions de circulation dans plusieurs villes pour empêcher les manifestants de rejoindre le mouvement de protestation, mais en vain. La police est également intervenue durement et a arrêté environ un millier de manifestants dans une répression qualifiée de plus sévère que les affrontements précédents.

Plusieurs organes de défense des droits humains ont dénoncé les arrestations et les procès arbitraires continus de manifestants, de journalistes et d’activistes pro-démocratie algériens pour leur participation à des manifestations pacifiques et pour avoir exprimé leurs opinions politiques sur les réseaux sociaux, accusant les autorités de leur stratégie délibérée d’écraser la dissidence.

Mais le facteur économique attise la colère de la rue, au milieu des taux d’inflation élevés, du chômage, du manque de liquidités et d’une pénurie de produits de base sur le marché algérien.

Outre la faiblesse des capacités de production et d’exportation, la consommation intérieure de gaz et de pétrole en Algérie est en hausse. Le pays brûle plus de carburant dans les centrales électriques nationales à mesure que sa population augmente, ce qui laisse moins de marge d’exportation.

Plus récemment, le gouvernement algérien a ordonné des mesures cosmétiques pour réduire les dépenses, mais a laissé inchangée la politique de générosité de l’État et de subventions généreuses afin de maintenir une paix sociale fragile.

Même avec une amélioration des prix du pétrole au-dessus de 60 dollars, l’Algérie est toujours en crise car elle a besoin de 135 dollars le baril pour équilibrer son budget.

Étant donné que 95% des exportations sont constituées de pétrole et de gaz, les finances algériennes seront gravement endommagées et ses réserves de change sont presque épuisées, laissant au pays la seule option de recourir à la dette extérieure assortie de conditions, dont la première est la réduction du soutien adoptée par l’Algérie. La fragile paix sociale s’arrête.

READ  Les revenus du nord du Texas augmentent en période de pandémie, mais uniquement parce que les travailleurs à faible revenu luttent

Dans tous les cas, la situation actuelle indique que les nouvelles manifestations nationales se poursuivront jusqu’à ce que leurs objectifs soient atteints: changement de régime, mise en place d’un État civil et démocratique, et satisfaction des revendications du peuple pour de meilleures conditions de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *