Les ministres méditerranéens de l’emploi veulent relancer l’économie au bénéfice de tous

Nayef Stetieh, ministre jordanienne du Travail, a appelé à « accroître la coordination et la coopération entre les deux banques pour réduire le taux de chômage, en mettant l’accent sur le développement de la formation professionnelle et technique, et les institutions de formation connexes pour inclure de nouveaux secteurs qui profiteraient à la fois aux jeunes et au genre ». , en plus de fournir un environnement de travail sûr et approprié dans divers secteurs et activités économiques.

Les ministres présents ont appelé la plateforme régionale pour l’emploi et l’emploi de l’Union pour la Méditerranée à adopter une feuille de route pour la période 2022-2025. Il comprendra sept points (voir encadré ci-dessous) pour guider leurs actions.

En 2020, le taux de NEET (jeunes hommes non inscrits à l’école, au travail ou en formation) est de 30% dans certains pays du sud de la Méditerranée et jusqu’à 40% pour les jeunes femmes.

* L’Union pour la Méditerranée comprend 43 pays, dont les 27 États membres de l’UE plus 15 pays de la région sud et est de la Méditerranée (Albanie, Algérie, Bosnie-Herzégovine, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Mauritanie, Maroc, Monaco, Monténégro , Palestine, Tunisie, Turquie et Syrie). A noter que la Syrie a suspendu sa propre participation à l’Union pour la Méditerranée depuis le 1er décembre 2011. La Libye n’a qu’un statut d’observateur.

READ  Les entreprises japonaises ont mis en garde alors que la reprise de la demande mondiale a augmenté les coûts des matières premières

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.