Les revenus annuels de Robert Walters chutent alors que la pandémie cesse d’embaucher dans le monde

BEYROUTH (Reuters) – La livre libanaise a atteint un niveau record par rapport au dollar sur le marché noir mardi alors que la crise politique du pays s’aggravait, sans perspective de former un nouveau gouvernement dans un proche avenir et de réduire davantage les réserves de devises étrangères.
Le dollar s’échangeait mardi à 9 975 livres libanaises à midi. Le précédent record avait été établi en juillet, lorsque le dollar avait été brièvement vendu 9 900 livres au marché noir. Le taux officiel est resté à 1520 livres par dollar.
Le Liban souffre de crise après crise, à commencer par le déclenchement de manifestations antigouvernementales contre la classe politique corrompue du pays en octobre 2019. Cela a été exacerbé par la pandémie de coronavirus et l’explosion meurtrière massive du port de Beyrouth en août dernier.
En Syrie voisine – où l’économie a été battue par le conflit vieux de 10 ans, la corruption et les sanctions occidentales – le dollar a également atteint un record lundi, atteignant près de 3 900 livres syriennes. Les économies des deux pays voisins sont liées et de nombreux fonds syriens ont été gelés dans les banques libanaises qui ont mis en place des contrôles stricts des capitaux.
L’explosion massive qui s’est produite dans le port de Beyrouth en août dernier, lorsque près de 3 000 tonnes de nitrate d’ammonium ont explosé, a tué 211 personnes et en a blessé plus de 6 000. De grandes parties de la capitale libanaise ont été gravement endommagées par l’explosion.
Le gouvernement du Premier ministre Hassan Diab a démissionné six jours après l’explosion du 4 août, l’une des plus grandes explosions non nucléaires de l’histoire. En octobre, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a été nommé pour former un nouveau gouvernement, mais après près de cinq mois, des désaccords entre lui et le président Michel Aoun sur la forme du gouvernement ont entravé la formation du nouveau gouvernement.
Le Liban avait également un besoin urgent de devises étrangères, mais les donateurs internationaux ont déclaré qu’ils n’aideraient pas le pays financièrement à moins que des réformes majeures ne soient mises en œuvre pour lutter contre la corruption endémique, poussant le pays au bord de la faillite.
L’effondrement de la monnaie locale plongera davantage de personnes dans la pauvreté. Au Liban, le salaire minimum est de 675 000 livres libanaises, soit environ 67 dollars par mois. Avant que les manifestations n’éclatent en 2019, le salaire minimum était d’environ 450 dollars.
La crise a poussé près de la moitié de la population du petit pays de 6 millions d’habitants dans la pauvreté. Plus d’un million de réfugiés syriens vivent au Liban.
En décembre, la Banque mondiale a averti que l’économie libanaise faisait face à une «récession difficile et prolongée», alors que le PIB réel devrait chuter de près de 20%, les politiciens refusant de mettre en œuvre des réformes qui accéléreraient la reprise du pays.
En mars de l’année dernière, le Liban a fait défaut pour la première fois de son histoire sur ses remboursements massifs de dette dans un contexte de troubles populaires. La dette du Liban a atteint 90 milliards de dollars, soit 170% de son PIB, ce qui en fait l’un des taux les plus élevés au monde.

READ  Vice fermant la France? Fromage | aliments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *