L’ONU appelle à des pourparlers sur le Sahara occidental après l’effondrement du cessez-le-feu

NATIONS UNIES (AP) – Le Conseil de sécurité des Nations Unies a prolongé d’un an vendredi la mission de maintien de la paix des Nations Unies dans le Sahara occidental contesté, exprimant sa préoccupation face à la rupture du cessez-le-feu de 1991 entre le Maroc et le Front Polisario indépendantiste, et appelant à une reprise des négociations dirigées par l’ONU United.

Le vote était de 13-0 avec l’abstention de la Russie et de la Tunisie.

La résolution rédigée par les États-Unis ne mentionne pas le soutien américain à la revendication du Maroc sur des terres riches en minéraux dans les derniers jours de l’administration Trump dans le cadre des efforts visant à amener le Maroc à reconnaître Israël. Il n’a fait aucune mention des « hostilités légères » – comme un récent rapport de l’ONU décrit les violents échanges entre les deux parties – qui ont éclaté au cours de l’année écoulée.

Le Maroc a annexé le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole qui aurait d’importants gisements de pétrole et des ressources minérales, en 1975, déclenchant un conflit avec le Polisario. Les Nations Unies ont négocié un cessez-le-feu en 1991 et mis en place une mission de maintien de la paix pour surveiller la trêve et aider à préparer un référendum sur l’avenir du territoire qui n’a jamais eu lieu en raison de désaccords sur les personnes ayant le droit de voter.

Le Front a mis fin à l’accord de cessez-le-feu de 29 ans avec le Maroc en novembre dernier et a repris la lutte armée après une confrontation frontalière avec le Maroc qui se poursuit aujourd’hui. L’armée marocaine a lancé une opération ce mois-là dans la région frontalière de Guerguerat, patrouillé par l’ONU, pour dégager une route importante qui, selon elle, avait été fermée par les partisans du Polisario pendant des semaines.

READ  Le président tunisien rencontre la nouvelle direction libyenne |

Le Maroc a proposé une large autonomie pour le Sahara occidental. Mais le Polisario insiste sur le fait que la population locale, estimée à environ 350 000 à 500 000, a le droit d’organiser un référendum.

La résolution prolonge le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU chargée de mener le référendum, connue sous le nom de MINURSO, jusqu’au 31 octobre 2022.

La résolution appelle les parties à reprendre les négociations dirigées par l’ONU sans conditions préalables, « en tenant compte des efforts déployés depuis 2006 et des développements ultérieurs visant à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui assurera le droit à l’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental. Il dit que cela devrait être fait « dans le contexte d’arrangements conformes aux principes et objectifs de la Charte des Nations Unies, en référence au rôle et aux responsabilités des parties à cet égard ».

Après le vote, l’ambassadeur adjoint américain Richard Mills a appelé les parties à engager des pourparlers et à prendre des mesures « pour désamorcer les tensions et cesser les hostilités ».

Il a déclaré que les États-Unis continueraient de se consulter en privé sur la meilleure façon de parvenir à une solution mutuellement acceptable au conflit, ajoutant : « Nous continuons de considérer le plan d’autonomie du Maroc comme une approche sérieuse, crédible, réaliste et potentielle pour répondre à ces aspirations. « 

L’ambassadeur adjoint de la Russie aux Nations Unies, Dmitri Polyansky, a déclaré que la Russie s’était abstenue parce que la résolution ne reflétait pas ce qui s’était passé au Sahara occidental « après l’escalade militaire » de novembre 2020. Il a déclaré que le langage général de la résolution appelait à des approches réalistes et à la besoin de faire des concessions car cela a conduit à « l’ambiguïté ». Cela mine la confiance et rend plus difficile la reprise du dialogue.

READ  L'Inde va dépasser son objectif de déficit budgétaire au cours de l'exercice 22: Fitch Solutions

Polyansky a réitéré la « position équilibrée » de la Russie sur le règlement du Sahara occidental, affirmant qu’il devrait résulter de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario, satisfaire les deux parties et garantir le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Le Conseil de sécurité a souligné « l’importance d’améliorer la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et dans les camps de Tindouf » en Algérie, où les réfugiés du Sahara occidental vivent depuis des décennies.

Mais le sénateur américain Jim Inhofe, un républicain de l’Oklahoma, a qualifié le langage d' »édenté », affirmant qu’il « ne revient à rien de plus qu’à donner au Maroc un laissez-passer gratuit pour continuer à détenir illégalement et à torturer des militants ».

« À un moment où le Maroc est de plus en plus agressif envers les Sahraouis et les journalistes, il est inacceptable pour moi que la résolution annuelle de la MINURSO n’ait pas inclus un langage significatif protégeant les droits des Sahraouis », a déclaré Inhofe, l’éminent républicain au Sénat armé. Commission des services. « Je continuerai à défendre les droits du Sahara occidental pendant que nous travaillons à une solution durable pour résoudre les efforts qui se poursuivent depuis plus de 30 ans pour parvenir à l’autodétermination du peuple sahraoui. »

Deux tables rondes du Maroc et du Front Polisario, ainsi que des pays voisins que sont l’Algérie et la Mauritanie, en décembre 2018 et en mars 2019, n’ont fait aucun progrès sur la question clé de l’autodétermination.

La résolution salue la nomination de Staffan de Mistura comme nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général Antonio Guterres pour le Sahara occidental.

READ  Les fonds monétaires mondiaux enregistrent les entrées les plus élevées en 14 semaines

L’ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, a réitéré le soutien de son pays à l’autonomie et a noté les développements économiques au Sahara occidental, y compris les plans pour établir le plus grand port en eau profonde d’Afrique.

« Pour le Maroc, il y a un tango entre le processus politique et le développement du Sahara », qui est un « droit de l’homme », a-t-il dit, ajoutant que son pays s’emploie à renforcer l’économie, la santé et l’éducation des populations d’Occident. Sahara.

Le représentant du Front Polisario aux Nations Unies, Sidi Omar, a accusé le Maroc de violer le cessez-le-feu, a vivement critiqué l’inaction du Conseil de sécurité, et a défendu le droit du front à l’autodéfense « pour faire face à la nouvelle action agressive marocaine et défendre la souveraineté de notre pays.

Il a qualifié la résolution adoptée vendredi de « extrêmement décevante » pour son incapacité à répondre à la situation « sans précédent » sur le terrain, et a déclaré que les abstentions de la Russie et de la Tunisie indiquaient « de sérieuses réserves sur la lettre et l’esprit » de la mesure et une « très forte » expédition. Un message à tous ceux qui cherchent à quitter (du) le processus de paix mené par les Nations Unies au Sahara Occidental. »

Copyright © 2021. Tous droits réservés. Ce site n’est pas destiné aux utilisateurs situés dans l’Espace économique européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *