Manifestation au Pérou contre la marée noire: des touristes retenus en otage par un groupe indigène ont été libérés, selon un responsable



CNN

Un groupe de touristes voyage dans Pérou Amazon, qui a été arrêté jeudi par une communauté indigène pour exiger une action du gouvernement suite à une marée noire, a été libéré vendredi, selon Abel Chirock, chef du bureau du médiateur de Loreto.

Chirock a déclaré vendredi à CNN que 140 passagers avaient été libérés.

Plus tôt, Wadson Trujillo, le chef de la communauté Conneco, a confirmé aux médias locaux au Pérou Le RRP a déclaré que sa communauté avait arrêté les bateaux dans le but de faire pression sur le gouvernement pour qu’il prenne des mesures face à la marée noire, qui a perturbé leur approvisionnement en eau. Ils demandaient au gouvernement de déclarer l’état d’urgence en raison de la marée noire.

Parmi les touristes libérés vendredi figurait Angela Ramirez, une femme de 28 ans originaire de Trujillo, au Pérou. Elle a déclaré à CNN lors d’un appel téléphonique qu’environ 20 étrangers et des dizaines de voyageurs locaux étaient détenus sur des bateaux le long de la rivière Marañón dans le Conneco par la communauté indigène.

Elle a dit que nous avions tous été libérés vers 14 heures, heure locale (15 heures HE) et que nous nous dirigions vers la ville de Nauta, dans le comté de Loreto, dans les heures à venir.

« Nous espérons y arriver demain matin ; nous avons dû changer de bateau car le bateau dans lequel nous voyagions avait des restes détenus par des groupes indigènes, mais nous avons été autorisés à partir sur un autre bateau », a déclaré Ramirez.

Elle a déclaré que leur libération est intervenue après plus de 28 heures de négociations. « C’est enfin fini, je suis si heureuse et si soulagée », a-t-elle déclaré à CNN.

Ramirez voyageait avec un groupe de touristes composé de femmes, d’enfants et d’étrangers. Il a ajouté que parmi les passagers se trouvaient « des enfants, dont un bébé d’un mois, une femme enceinte et des personnes âgées ».

Vendredi, la vice-ministre péruvienne de l’environnement, Marilou Chahua, s’est rendue dans la région pour servir de médiateur avec des groupes indigènes qui protestent contre la marée noire le long de la rivière Marañón depuis près de deux mois.

Le gouvernement a annoncé l’extension de l’ordonnance d’urgence environnementale pour faire face à la marée noire et persuader les groupes autochtones de libérer les touristes.

READ  Bagdad rejette la tentative du Forum kurde irakien de se normaliser avec Israël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.