Naouel Abdellatif Mami cherche à rehausser le profil mondial de l’Université Sétif 2 en Algérie

En 2011, l’ancienne université de Sétif, dans l’est de l’Algérie, a été scindée en deux universités : Université Ferhat Abbas Sétif 1 Science, technologie et ingénierie, et Université Mohamed Lamine Debakin Sétif 2 Pour les sciences humaines et sociales.

Mamie a aidé la jeune entreprise à prospérer et à nouer des liens.

« Le premier défi est que nous avons recommencé », a-t-il déclaré. « C’est une nouvelle université et un nouveau domaine. Toutes les infrastructures et les relations internationales doivent être construites à partir de zéro. J’ai contacté des personnes que je connais du monde entier pour y parvenir.

Être une université de sciences humaines et sociales était le deuxième défi, dit Mami.

« La majorité des gens ici pensent qu’il n’y a pas d’opportunités d’emploi ou de recherche dans les sciences sociales », a-t-il expliqué. « Nous avons tout fait pour trouver une place aux sciences sociales sur les campus algériens. »

Unimet a été l’un des premiers alliés de la stratégie d’internationalisation de l’université. « Nous sommes partenaires depuis 2013 », a déclaré Mamie. « Grâce à eux, l’Université de Sétif 2 a développé un très large réseau avec d’autres universités et est également en développement de capacité. »

Réduire les écarts culturels

Mamie a fait ses recherches post-doctorales sur la psychologie de l’éducation et les langues étrangères à l’Université de Fribourg, en Suisse.

Ce fut une expérience difficile. Elle a été forcée de laisser sa première fille avec son mari en Algérie. C’était son premier voyage dans un pays européen.

« A l’époque, l’Algérie sortait ‘La décennie noire‘(1991-2002). En Europe, les gens avaient une très mauvaise image des femmes musulmanes. Ils pensaient que la plupart des Algériens étaient des terroristes », a déclaré Mami.

READ  Didier Trokpa s'attend à ce que l'Egypte rate la Coupe du monde au Qatar

Cependant, le superviseur suisse de Mami a aidé à surmonter le choc culturel. « Le long séjour de mon superviseur en Turquie m’a aidé à comprendre la culture et la religion », a ajouté Mami. « Heureusement, ils ont enfin découvert qui je suis et ont exploré le nouveau visage de l’Algérie. »

Les défis auxquels elle était confrontée à l’étranger ont incité sa tante à faire tout ce qu’elle pouvait pour trouver des opportunités pour les étudiants d’étudier à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.