Nouvelle tentative pour mettre fin à la partition de la Palestine

Le président algérien Abdelmadjid Debon assiste à une réunion visant à mettre fin au séparatisme palestinien et à affirmer l’unité nationale palestinienne au Palais des Congrès d’Alger le 12 octobre 2022.

Majid Kayali

Récemment, Algérie A parrainé une réunion de 14 factions palestiniennes pour mettre fin à la division politique palestinienne. Rencontre A essayé Restaurer l’unité nationale et relancer les institutions communes, etc. Organisation de libération de la Palestine (OLP) Et ça Autorité palestinienne (AP). Aussi, l’Algérie vise à clore la rencontre palestinien section et l’inimitié entre le Fatah et le Hamas, qui sont devenus des autorités en Cisjordanie et à Gaza, respectivement.

Le Hamas, le Fatah et d’autres factions ont tenu plusieurs réunions au cours des 17 dernières années, et quinze réunions similaires ont eu lieu auparavant. Egypte Entre 2005 et 2017, il a tenu six réunions de section. Qatar Il a tenu deux réunions en 2012 et 2014. Les factions palestiniennes ont tenu trois réunions en Cisjordanie et dans la bande de Gaza en 2018 et 2020. De plus, trois réunions ont eu lieu Liban, Turquie, et la Russie en 2018 et 2021 pour la même raison. En plus de ces réunions, les prisonniers palestiniens en Israël A Document En 2006, il a tenté d’aider à réparer la fracture nationale palestinienne.

Tous les accords conclus lors de ces réunions ont été soit mis sur papier, soit annulés avant leur mise en œuvre. Par exemple, les dirigeants palestiniens ont repris leur intégration avec Israël en 2020 après une interruption de plusieurs mois. Un autre exemple Mahmoud Abbas‘ conclusion reporter Élections palestiniennes en avril 2021.

Parvenir à la réconciliation sur de nombreuses questions essentielles exige de l’esprit de décision.

Premièrement, le Fatah et le Hamas doivent se contenter d’un partenariat politique. Le Fatah se présente comme le seul protecteur des Palestiniens : unilatéralement, il domine le processus décisionnel national et gouverne les affaires des Palestiniens. Conformément à cette approche, le Fatah traite les Palestiniens comme s’ils n’avaient pas souffert de ses échecs au cours des 50 dernières années. Ses échecs comprennent le choix de suivre une voie de réconciliation et de négociation, la mauvaise gestion du pouvoir et la marginalisation de l’OLP et de ses affiliés.

READ  Sonatrach réitère son action COVID tout en combattant l'Algérie

Il en va de même pour le Hamas, qui n’a pas encore réalisé qu’il n’a pas réussi à remplacer le Fatah. De plus, le Hamas assiste aux réunions de réconciliation sans penser au séparatisme palestinien à la suite de ses élections ou de l’administration exclue de la bande de Gaza. De plus, le Hamas a également échoué en termes d’opposition et de pouvoir.

En d’autres termes, les deux organisations doivent convenir que changer la situation palestinienne exige plus que la réconciliation et le partage du pouvoir. Tous deux doivent avancer vers la reconstruction des institutions palestiniennes sur des bases collectives, institutionnelles, nationales, démocratiques et de résistance.

Deuxièmement, le OLP Sa structure est devenue vieille et érodée et doit être reconstruite et réactivée, pas réhabilitée. Par conséquent, l’OLP avait besoin de cadres frais et jeunes. Bref, il faut renouveler la légitimité des affiliés à l’OLP. Il est également nécessaire de réécrire les options nationales possibles en fonction de l’expérience et de la réalité avec de nouveaux développements.

Troisièmement, les dirigeants du Fatah et du Hamas doivent réaliser que les élections ne sont que le début de la résolution des problèmes de la partition palestinienne. Il comprend également des options futures pour corriger les échecs politiques passés Les accords d’Oslo Et un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza est impossible.

Poursuivre l’option vaine et irréalisable d’Oslo est injustifié. Israël Déjà sa propagation Colonies Et dominé le peuple palestinien dans tous les aspects économiques, sécuritaires et administratifs.

Il va sans dire que les élections devraient être incluses Conseil législatif palestinienLa Conseil national palestinien et la présidence. Comme c’est le seul moyen d’éviter les influences factionnelles, régionales et tribales, il serait hautement souhaitable d’organiser des élections à l’Assemblée législative et aux Conseils nationaux avec une représentation proportionnelle complète au niveau national.

READ  exposition de photos marque l'anniversaire des relations diplomatiques entre le Vietnam et l'Algérie | Culture - Sports

Quatrièmement, il est peu probable qu’un accord soit conclu à moins que le Hamas et le Fatah ne perdent leur désir d’être une puissance dotée d’un appareil de sécurité et de ressources financières. L’un des moyens consiste pour les deux parties à se transformer en mouvements de libération nationale. En d’autres termes, les deux mouvements devraient privilégier la libération au pouvoir Conflit Ils se sont heurtés à Israël. En conclusion, la crise palestinienne persistera à moins qu’il y ait un changement dans la conscience et la culture palestiniennes.

Tout dialogue palestinien doit résoudre ces problèmes de manière décisive, car de tels pourparlers seront vains. Sans aucun doute, pourquoi tous les événements similaires précédents ont échoué, ce ne sera pas le cas cette fois en Algérie.

Au milieu de la bataille entre les deux mouvements pour le leadership et le pouvoir, les dirigeants concernés doivent prendre conscience qu’il existe une autre option : poursuivre l’occupation commode et profitable, c’est-à-dire le processus de colonisation, la judaïsation de Jérusalem et l’expropriation de terre. L’interdiction de partition continuera et les villes palestiniennes seront de simples communautés assiégées. Il fait référence à l’intégration sécuritaire, à la dépendance économique et à la domination administrative.

La réalité est que le Fatah et le Hamas ne sont pas les seules options disponibles pour les Palestiniens. Une volonté israélienne fait son chemin à travers une approche méthodique et graduelle mais profonde et déterminée. Toutes ces options sont basées sur la préservation d’une situation où les Palestiniens n’ont pas d’Etat indépendant et pas d’autonomie sous la souveraineté israélienne, qu’elle soit expresse ou implicite.

READ  La frappe de Hakimi va couler le croton de Simi en Serie A.

Enfin, ces rassemblements en Algérie peuvent ignorer l’existence d’une quatrième option ; Reconstruire les institutions palestiniennes, y compris l’OLP, l’AP, les factions et les organisations populaires. Ce qui est recherché en l’espèce n’est pas simplement une alternative. Cela n’est pas possible dans la situation actuelle et les alternatives dépendent des futurs développements internes et internationaux.

Une quatrième option conduirait à la reconstruction des institutions palestiniennes sur la base de la libération nationale plutôt que sur des intérêts autoritaires. Ces institutions doivent avoir une base protestataire, représentative, électorale et institutionnelle pour remodeler l’arène palestinienne et créer de nouvelles visions politiques incompatibles avec la volonté d’un État indépendant. Pourtant, ces visions peuvent ouvrir les horizons d’une harmonie renouvelée de libération et de liberté. Et ils alignent les gens sur la terre, la cause et le récit déformé.

Après que les première et deuxième options échouent et que la troisième option prévaut, nous ne pouvons avoir que la quatrième option. Pourquoi tout le monde ne travaille-t-il pas sur cette option qui profite à tout le peuple palestinien ?

Refus

Les opinions exprimées dans cette publication sont les opinions de nos auteurs. Ils n’ont pas l’intention de refléter les opinions ou les points de vue de Fanack ou de son comité de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.