« Opération Beethoven » : une offensive de charme néerlandaise de 2,5 milliards d'euros pour préserver ASML

ASML est le « désordre » des entreprises néerlandaises, affirme le ministre de l'Économie. Photographie : Emmanuel Dunand/AFP
Source : Agence France-Presse

Le gouvernement néerlandais a dévoilé jeudi un plan de 2,5 milliards d'euros destiné à retenir des entreprises mondiales telles que le géant des puces ASML, dans un contexte de crainte d'une répression de l'immigration par l'extrême droite.

Le plan, baptisé « Opération Beethoven », vise principalement à empêcher ASML, qui fabrique des machines pour fabriquer des puces semi-conductrices, de voyager à l'étranger pour attirer des travailleurs talentueux.

Le financement, équivalent à 2,7 milliards de dollars, proviendra du gouvernement mais également de la région autour d'Eindhoven, dans l'est des Pays-Bas, où est basée ASML.

« C'est l'une des entreprises les plus importantes des Pays-Bas et un acteur mondial », a déclaré le ministre de l'Economie, Miki Adriansen, selon l'agence de presse locale ANP.

« ASML, c'est Messi, et ce joueur vedette amène toute une équipe avec lui », a-t-elle ajouté.

ASML a fait part de ses inquiétudes quant au fait que la réduction de l'immigration, y compris des travailleurs qualifiés, vers les Pays-Bas – comme promis par le leader d'extrême droite Geert Wilders, qui a remporté les élections de novembre – l'obligerait à chercher ailleurs.

Lire aussi

Les centres de recherche affirment que l'économie allemande se stabilisera presque cette année

« Si nous ne pouvons pas attirer les gens ici, nous les ferons aller ailleurs », a déclaré le PDG Peter Wennink en janvier lorsque l'ASML a publié son rapport annuel. « C'est très simple. »

Il a ajouté : « Nous sommes une entreprise, nous sommes une entreprise mondiale. Nous irons là où nous devons aller pour nous assurer que l'entreprise peut se développer et servir nos clients. »

READ  10 pays africains avec le plus grand nombre d'internautes en 2022

« Si les Pays-Bas ferment leurs portes parce que nous ne pouvons pas accueillir d'immigrés ou d'étudiants étrangers, ce n'est pas grave. Il faut en accepter les conséquences. »

L'argent annoncé jeudi servira à investir dans le développement des talents, ce qui rendra plus attractif la vie et le travail dans la région, mais répondra également aux préoccupations concernant les pénuries de réseau électrique.

« Grâce à ces actions, le gouvernement suppose qu'ASML réalisera davantage d'investissements aux Pays-Bas et maintiendra le siège de son siège social juridique, fiscal et physique aux Pays-Bas », a déclaré le gouvernement.

Lire aussi

La Californie se tourne vers l’Europe pour maîtriser l’intelligence artificielle

Le gouvernement néerlandais a prévenu : « Si les plans d’investissement changent, ces attentes et l’engagement requis seront ajustés. »

« Une source importante de talents »

Wilders a depuis indiqué qu'il ne chercherait pas à devenir Premier ministre, mais son Parti de la Liberté et d'autres partis négociant une coalition se sont tous engagés à réduire l'immigration.

Une autre politique qui préoccupe les multinationales basées aux Pays-Bas est la suppression progressive d’un allégement fiscal lucratif pour les expatriés talentueux.

De nombreux responsables politiques souhaitent également réduire le nombre d’étrangers dans les universités néerlandaises, qui attirent de nombreux étudiants talentueux bénéficiant de cours d’anglais de grande qualité.

« Il s'agit d'une source très importante de talents dont nous avons besoin pour stimuler l'innovation », a déclaré Wennink.

ASML emploie 42 000 personnes dans le monde, dont plus de la moitié sont basées dans l'immense complexe de Veldhoven, dans l'est du pays, et une grande partie vient de l'étranger.

READ  L'hostilité entre le Maroc et l'Algérie peut-elle se transformer en conflit global? - The Middle East Monitor

La zone « Brainport », qui héberge ASML mais aussi des entreprises technologiques telles que Philips, est considérée comme la « Silicon Valley » des Pays-Bas.

Lire aussi

La BBC cherche à améliorer son financement alors que de nouvelles réductions se profilent

Les Pays-Bas sont traditionnellement considérés comme un bon endroit pour faire des affaires, avec une économie libérale et une main-d'œuvre anglophone bien formée.

Mais un rapport publié en février par l'association professionnelle VNO-NCW indique que le climat se détériore.

Près de la moitié (44 %) du groupe d'entrepreneurs interrogés ne trouvent pas les Pays-Bas un pays attrayant pour faire des affaires, et environ 20 % envisagent de partir, a indiqué VNO-NCW.

Il y a un an, ces pourcentages étaient respectivement de 28 pour cent et 13 pour cent.

La plus grande préoccupation exprimée par les hommes d'affaires était le manque de stabilité politique suite à la victoire électorale éclatante de Wilders et de son parti PVV.

Le Parti de la Liberté négocie actuellement un programme avec trois autres partis, mais le processus prendra encore plusieurs mois et il n'est pas garanti qu'il aboutisse à la formation d'un gouvernement stable.

Le monde des affaires néerlandais a été ébranlé par le récent départ d’entreprises géantes, telles que la société de biens de consommation Unilever et le géant de l’énergie Shell.

Lire aussi

L'Ukraine est prête à autoriser les exportations agricoles pour apaiser la Pologne, selon le ministre

On espère qu'Unilever introduira sa division glaces à la Bourse d'Amsterdam, après l'avoir séparée de son activité principale.

READ  Algérie : élections législatives - stabilité politique, développement économique indivisible

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *