Partie de l’accord: l’Algérie critique la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental

L’Algérie a rejeté la décision du président américain sortant Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le territoire contesté du Sahara occidental, affirmant que cette décision manquait d’effet juridique et sapait les efforts de désescalade de la région.

Trump a écrit sur Twitter jeudi que le Maroc avait décidé de normaliser ses relations avec Israël après que Washington ait accepté de reconnaître la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental.

Le Maroc est devenu le quatrième pays arabe cette année, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, à annoncer leur accord pour établir des relations diplomatiques formelles avec le régime de Tel Aviv.

Le ministère algérien des Affaires étrangères a déclaré, dans un communiqué publié samedi, que la décision de Trump “n’a aucun effet juridique car elle est en contradiction avec les résolutions des Nations Unies, en particulier les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara occidental”.

“La déclaration sapera les efforts de désescalade à tous les niveaux afin d’ouvrir la voie au lancement d’un véritable processus politique”, a-t-elle ajouté.

Le ministère a également souligné que le conflit du Sahara Occidental “est un cas de décolonisation qui ne peut être résolu que par la mise en œuvre des accords internationaux et de la doctrine dominante des Nations Unies et de l’Union africaine sur cette question”.

Le Maroc a annexé le Sahara occidental – une ancienne colonie espagnole – en 1975, et est depuis entré en conflit avec le Front Polisario soutenu par l’Algérie.

Le mouvement se bat pour l’indépendance du peuple sahraoui au Sahara occidental et la tenue d’un référendum sur l’autodétermination.

READ  Comment regarder Diamond League Bislet 2021

Le Front Polisario a condamné «dans les termes les plus forts le fait que le président américain sortant, Donald Trump, attribue au Maroc quelque chose qui ne lui appartient pas», qui est la souveraineté du Sahara occidental.

Il s’est également engagé à poursuivre les combats jusqu’au retrait des forces marocaines de l’ensemble du Sahara occidental.

Samedi, le Premier ministre algérien Abdelaziz Jarad a également critiqué les «manœuvres étrangères» visant à «déstabiliser» son pays.

“Il y a maintenant un désir de la part de l’entité sioniste d’approcher nos frontières”, a-t-il dit.

Ces déclarations sont intervenues après que les États-Unis ont adopté une nouvelle carte du Maroc qui inclut le Sahara occidental.

“Cette carte est une représentation tangible de la déclaration audacieuse du président Trump il y a deux jours – la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental”, a déclaré l’ambassadeur américain à Rabat David Fischer lors d’une cérémonie au siège de la mission diplomatique américaine.

Puis il a signé la “nouvelle carte officielle du gouvernement américain du Royaume du Maroc” et a indiqué qu’elle serait présentée au monarque marocain, le roi Mohammed VI.

Cet article a été modifié à partir de sa source d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *