Plus de 50 militants du Hirak libérés en Algérie : expulsion

Les autorités algériennes ont libéré plus de 50 militants du Hirac, dont plusieurs dirigeants clés, des prisons, selon des informations du jeudi 31 mars. Les luttes patronales anti-Hirak ont ​​réussi à renverser le régime de l’ancien président Abdelaziz Boutfilika en 2019. Selon la Commission nationale. Libération des prisonniers (CNLD), au moins 51 prisonniers ont été libérés de prison, dont beaucoup ont été condamnés pour des faits graves et certains ont déjà purgé leur peine.

Dans une déclaration aux agences de presse, le coordinateur du CNLD, Kaci Tansaout, a déclaré qu’ils mettaient à jour leur liste de prisonniers libérés. La liste mise à jour comprend des noms bien connus tels que les défenseurs des droits humains Jackie Hannach et Khemz Edin Lalami, également connu sous le nom de Brahim. Selon des informations, les prisonniers ont été libérés en plusieurs lots à partir de mercredi et 10 prisonniers ont été libérés ce jour-là et les autres ont été libérés le lendemain. Hannach a été emprisonné en février de cette année pour « présentation d’excuses pour des actes de terrorisme » et « diffusion de fausses informations ». Lalami a été arrêté en juillet 2021 et condamné à six ans de prison pour avoir critiqué le gouvernement et publié sur les réseaux sociaux en soutien aux manifestations du Hirak. Le tailleur de 30 ans aurait participé à des manifestations en février 2019 contre la candidature de Bouteflika à une cinquième présidence à Bordj Bou Arreridj, dans le nord-est de l’Algérie.

Des prisonniers ou leurs avocats ou leur famille auraient été libérés sans préavis ni préavis. De nombreux commentateurs et utilisateurs des médias sociaux ont lié ces libérations soudaines de prisonniers à la visite du secrétaire d’État américain Anthony Blingen. Beaucoup ont exprimé leur inquiétude quant au fait qu’il pourrait s’agir d’une libération temporaire et que les militants pourraient être à nouveau emprisonnés à tout moment.

READ  Morocco FM exhorte l'Algérie à accepter sa responsabilité au Sahara Occidental

Les responsables du gouvernement algérien n’ont pas encore confirmé si la libération est une mesure temporaire ou si les peines ou actes d’accusation contre les détenus ont été modifiés. Les commentateurs l’appellent un mouvement politiquement motivé tel que les arrestations et les détentions. Yassin Mabrook, chef du Syndicat judiciaire algérien, a déclaré sur les réseaux sociaux : « Emprisonner des personnes avec de solides arguments en sa faveur est injuste et arbitraire, et libérer un prisonnier à volonté ou de manière satisfaisante augmente la distorsion du système judiciaire. . « 

Selon les chiffres du CNLD, avant les dernières publications, environ 300 Algériens ont été emprisonnés pour des accusations politiques pour avoir participé au mouvement Hirac ou avoir critiqué le parti au pouvoir. Le gouvernement algérien a toujours refusé de détenir des dirigeants et partisans du Hirak et d’autres militants, journalistes, avocats, blogueurs et personnalités politiques pour de fausses raisons. Cependant, les groupes de défense des droits de l’homme et des droits des prisonniers ont continué à publier des déclarations et des déclarations documentant la détention arbitraire et illégale par les autorités au cours des dernières années. Selon Amnesty International, la plupart de ces arrestations ont eu lieu après que les autorités ont accusé des individus d’avoir des liens avec des organisations « terroristes » et « illégales », et des allégations similaires vagues et malveillantes de tentative d’intimidation. Poussez-les au silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.