Pour Atal, l'accord commercial UE-Canada est « gagnant-gagnant » pour tout le monde

(Bloomberg) — Premier ministre français Gabriel Atal Il a soutenu l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada lors d'une visite à Ottawa, se disant convaincu que son pays progresserait malgré les revers au Sénat.

Les plus lus sur Bloomberg

Le gouvernement français a retardé un nouveau vote le mois dernier après que le Sénat a voté contre l'approbation de l'Accord économique et commercial global, connu sous le nom de CETA. Les agriculteurs ont critiqué l'accord, estimant qu'il introduisait une concurrence déloyale de l'étranger.

« Le CETA est un accord gagnant-gagnant entre le Canada et la France et entre le Canada et l'Europe », a déclaré Attal en français lors d'une conférence de presse avec le Canada jeudi. Premier ministre Justin Trudeau.

L’accord est provisoirement en vigueur depuis 2017 et ne nécessite que l’approbation du parlement national pour entrer pleinement en vigueur. Au cours des six dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays ont augmenté de plus d'un tiers, et de manière « équilibrée » pour les agriculteurs français, a déclaré Attal à la presse.

« L'économie française bénéficiera d'une bonne santé, essentiellement pour nos deux économies, si elle n'est pas pleinement exploitée », a-t-il déclaré.

Il a déploré le vote du Sénat. Même si ce rejet ne met pas immédiatement l’accord en péril, c’est un coup dur pour le président Emmanuel Macron, qui a cité l’AECG comme un exemple du type d’accords internationaux bénéfiques que l’UE peut conclure. Pour une ratification complète du traité, le projet de loi doit revenir à l'Assemblée nationale.

Dix-sept des 27 États membres de l'UE, plus la Grande-Bretagne, ont ratifié le traité.

READ  Algérie 0-0 Afrique du Sud : Résultats, résumé et buts

Lire la suite : La France retarde le vote sur le nouvel accord commercial UE-Canada après la réaction du Sénat

Trudeau a déclaré que cela présente des avantages pour les entreprises, notamment pour les travailleurs et les agriculteurs français et canadiens.

« J'ai beaucoup confiance dans la classe politique française », a-t-il déclaré. « Si un pays ne veut pas de libre-échange avec un pays progressiste, ouvert et responsable comme le Canada, avec quel pays veut-il signer un accord de libre-échange ?

Attal arrivera à Ottawa mercredi et se rendra à Québec et à Montréal.

–Avec l'aide de William Horob.

Les plus lus dans Bloomberg Businessweek

©2024 Bloomberg LP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *