Rapport du Forum économique mondial – L’Algérie fait partie des « premiers acteurs » pour faire face à la crise alimentaire

RIYADH: Les prix du pétrole brut ont rebondi mercredi alors que les espoirs de reprise de la demande en Chine, le plus grand importateur de demande après avoir émergé des restrictions de la pandémie de COVID-19, ont apporté un soutien après la chute des prix lors de la session précédente en raison des inquiétudes concernant la croissance économique mondiale.

Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 26 cents, soit 0,30%, à 86,39 dollars le baril à 08h00, heure saoudienne, après avoir chuté de 2,3% lors de la session précédente.

Les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate ont augmenté de 20 cents, ou 0,25%, à 80,33 dollars le baril, après avoir chuté de 1,8% mardi.

Les stocks de brut aux États-Unis ont augmenté de 3,4 millions de barils la semaine dernière (API)

Pendant ce temps, un rapport de l’American Petroleum Institute a montré que les stocks de brut américains ont augmenté de 3,378 millions de barils au cours de la semaine se terminant le 20 janvier.

L’accumulation de brut s’est produite alors que les raffineries ralentissaient la production de produits pétroliers, au milieu d’un hiver exceptionnellement chaud.

Le rapport d’inventaire de l’API a suggéré une augmentation de 0,620 million de barils des stocks d’essence la semaine dernière et un déficit de 1,929 million de barils de distillats.

BNP Paribas réduit de 80% ses prêts pétroliers d’ici 2030 pour financer les énergies renouvelables

Le français BNP Paribas s’est engagé mardi à réduire les fonds dont il dispose dans les industries d’extraction et de production de pétrole à moins d’un milliard d’euros (1,1 milliard de dollars) d’ici 2030, en baisse de 80% par rapport à son solde actuel de cinq milliards d’euros.

READ  L'économie canadienne a crû de 0,7% en janvier

Le prêteur a déclaré qu’il avait cessé de financer des projets pétroliers en 2016, mais l’engagement de mardi accélérera le rythme de la réduction du financement dû pour l’extraction et la production de pétrole dans le cadre de ses efforts pour réduire les émissions de carbone et atteindre les objectifs climatiques.

Il a également relevé son objectif de financements accumulés pour la production d’« énergies à faible émission de carbone, principalement renouvelables », à 40 milliards d’euros d’ici 2030, contre 30 milliards d’euros d’ici 2025.

BNP Paribas a déclaré dans un communiqué de presse que la banque réduirait également les financements dus pour l’extraction et la production de gaz de plus de 30% d’ici 2030.

(Avec des contributions de Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.