Top 5 des récents protocoles d’accord sur l’énergie signés par l’Algérie

Voici les 5 principaux protocoles d’accord énergétiques récents que l’Algérie a signés avec d’autres pays :

Algérie-Chili – Partenariat scientifique pour l’innovation durable

En septembre dernier, l’Algérie a conclu un partenariat scientifique unique avec le Chili, axé sur la recherche et le développement dans des domaines tels que l’hydrogène vert, les énergies renouvelables, les technologies de l’information et les nanotechnologies. Cette collaboration innovante vise à accélérer les capacités d’innovation et de recherche durables dans les deux pays, contribuant ainsi aux objectifs mondiaux de durabilité et au progrès technologique.

Algérie-Zimbabwe – Coopération énergétique

L’Algérie et le Zimbabwe ont consolidé leur coopération énergétique en août dernier avec un protocole d’accord historique. Le Zimbabwe, qui dispose de réserves d’hydrocarbures prometteuses, devrait bénéficier de la vaste expérience de l’Algérie dans le secteur pétrolier et gazier. Le protocole d’accord se concentre sur le développement des hydrocarbures et vise à renforcer la coopération entre les deux pays et à parvenir à la sécurité énergétique.

Algérie-Tanzanie – Coopération multisectorielle

En août dernier, l’Algérie et la Tanzanie ont élargi leur coopération en signant six mémorandums d’accord, deux accords et un plan exécutif lors de la 5ème session du Comité mixte algéro-tanzanien de coopération. L’accord axé sur l’énergie vise à répondre à la demande énergétique croissante dans les deux pays, notamment à travers le développement de sources d’énergie renouvelables. L’Algérie, pour sa part, possède des niveaux de rayonnement solaire parmi les plus élevés au monde, avec un potentiel de production de 1 850 à 2 100 kWh par heure.

Algérie-Chine – Accord global

L’Algérie a élargi ses alliances énergétiques au-delà du continent en juillet dernier avec un accord global avec la Chine. Grâce à cette collaboration, 19 documents ont été signés, dont des accords et des protocoles d’accord liés à diverses industries. Bien que les détails énergétiques spécifiques n’aient pas été divulgués, l’objectif principal est de renforcer les liens économiques et les liens entre les deux pays. Ces contrats couvrent un large éventail d’industries, notamment la construction, les télécommunications, la transformation de l’acier et des métaux, la fabrication de papier et de carton, l’emballage plastique, etc. Étant donné le statut de la Chine comme l’un des plus grands consommateurs d’énergie au monde, le pays offre à l’Algérie d’importantes opportunités en matière de commerce et d’investissement énergétiques.

READ  Why Language Highlights US and France in Channel Exam - TBI Vision

Algérie-Ouganda – Coopération pour le développement énergétique

L’Algérie et l’Ouganda ont renforcé leurs relations bilatérales en mars dernier en signant deux accords et cinq mémorandums d’accord. La collaboration devrait stimuler l’activité en amont en Ouganda, en tirant parti de l’expertise de l’Algérie dans le secteur pour aider l’Ouganda à explorer ses ressources pétrolières. Deux mois plus tard, les ministères respectifs de l’Energie des deux pays ont discuté de coopération et de partenariat dans quatre domaines stratégiques, notamment la construction d’une raffinerie de pétrole en Ouganda, le financement de l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est et l’augmentation de la capacité de production d’électricité. Productivité d’ici 2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *