Twitter supprime près de 3 500 comptes de propagande « soutenus par l’État » | L’actualité des réseaux sociaux

La plupart des récits ont été liés au récit du Parti communiste chinois sur son traitement des Ouïghours au Xinjiang.

Twitter dit avoir supprimé 3 465 comptes qui agissent comme des « opérations d’information soutenues par l’État » et les avoir liés à six pays : la Chine, le Mexique, la Russie, la Tanzanie, l’Ouganda et le Venezuela.

Le géant des médias sociaux a déclaré dans un communiqué publié jeudi que la plupart des profils supprimés – 2048 – étaient des « comptes gonflés du Parti communiste chinois » relatifs au traitement des Ouïghours dans la province du Xinjiang. 112 autres comptes supprimés liés à « Changyu Culture », une entreprise privée soutenue par le gouvernement régional du Xinjiang, ont été supprimés.

La Chine est depuis longtemps accusée de violations des droits humains contre le groupe ethnique à prédominance musulmane, des militants et des experts des droits des Nations Unies affirmant qu’au moins un million de Ouïghours sont détenus dans des camps dans la région reculée de l’ouest. Des militants et certains politiciens occidentaux accusent la Chine d’avoir recours à la torture, au travail forcé et à la stérilisation.

La Chine nie toute violation des droits humains au Xinjiang et affirme que ses camps sont nécessaires pour « combattre l’extrémisme » et fournir une formation professionnelle.

En Ouganda, Twitter a supprimé un réseau de 418 comptes qui « se sont livrés à une activité coordonnée non originale » en faveur du président Yoweri Museveni et de son parti, le Mouvement de résistance nationale.

Près de 270 comptes ont également été fermés en Tanzanie après que des rapports de mauvaise foi ont été trouvés sur Twitter, ciblant des membres et des partisans de FichuaTanzania, un groupe de défense des droits civiques.

READ  Au moins 23 personnes sont tuées après l'effondrement d'un pont du métro de Mexico

Twitter a également fermé 16 comptes liés à l’Internet Research Agency, une société russe décrite par les critiques comme une « ferme à trolls », qui mène des campagnes d’influence pro-gouvernementales sur Internet.

« Le processus s’est appuyé sur un mélange de récits non originaux et réels pour introduire un point de vue pro-russe dans le discours politique en Afrique centrale », a déclaré Twitter.

La Russie exerce une influence croissante en République centrafricaine depuis 2018, date à laquelle elle a envoyé un important contingent de « formateurs » pour former l’armée.

Twitter a ajouté : « Nous avons également supprimé un réseau de 50 comptes qui ont attaqué le gouvernement civil libyen et les acteurs qu’il soutient, tout en exprimant un soutien significatif à la position géopolitique de la Russie en Libye et en Syrie. »

Les comptes interdits comprennent également 276 comptes partageant du contenu pro-gouvernemental au Mexique, et « 277 comptes vénézuéliens qui amplifient les comptes, les hashtags et les sujets pour soutenir le gouvernement et ses récits officiels ».

La décision de Twitter est intervenue un jour après que la société mère de Facebook, Meta, a annoncé qu’elle avait fermé plus de 500 comptes faisant partie d’une campagne d’influence liée à la Chine et liée au COVID-19. Les récits faisaient la promotion des allégations d’un biologiste suisse fictif, Wilson Edwards, selon lesquelles les États-Unis interféraient dans les efforts visant à déterminer l’origine du coronavirus.

Twitter et Facebook sont interdits en Chine, mais Pékin utilise fréquemment les réseaux sociaux américains pour promouvoir ses positions sur la scène internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *