Un film tourné en Ukraine vise l’homophobie russe

 

La suite du film à succès « Glittering Shrimp » tourné en Ukraine devrait sortir en salles, alors même que nombre de ses acteurs et de son équipe rejoignent le pays assiégé en première ligne.

Revenge of the Flash Shrimp se déroule en Russie, mais a été tourné principalement dans l’Ukraine voisine et cible l’homophobie russe avec un fort coefficient de pari.

La comédie, qui sort en salles le 13 avril, utilise une formule similaire à son prédécesseur, racontant l’histoire vraie du water-polo gay à Paris.

Le film de 2019 a attiré près de 600 000 téléspectateurs, un grand nombre pour ce qui est généralement considéré comme un film de niche.

Les réalisateurs Maxime Govare et Cédric Le Gallo veulent lever le tabou sur l’homosexualité dans le sport et maintenant ils se tournent vers des sujets encore plus politiques d’homophobie parrainée par l’État et de crimes de haine.

Ils ne s’attendaient pas à la tournure des événements qui affecterait sérieusement leurs acteurs et leur équipe, dont 80% étaient ukrainiens.

« Tourner en Russie était impossible en raison des lois interdisant la propagande LGBT », a expliqué Govare.

« Filmer deux hommes en train de s’embrasser dans la rue nous mènera tous en prison. »

L’Ukraine a été sélectionnée pour son paysage similaire à la Russie et les installations de tournage des équipes de tournage occidentales. Personne n’osait imaginer une invasion russe.

Aujourd’hui, l’une des actrices du film a emmené ses enfants à l’abri dans le métro de Kharkiv, et les membres de l’équipe ont pris les armes.

Une partie de l’équipe s’est enfuie en France, où elle a appelé à la solidarité industrielle pour leur trouver des emplois.

READ  Washington maintient l'Algérie sur sa liste de surveillance

Thérapie de conversion, « Gay Hunters » et Poutine

Pour le réalisateur, outre l’homophobie, « Sparkling Shrimp » est une ode à la liberté et un lien avec la situation actuelle en Ukraine est évident.

« Le film raconte comment Poutine opprime la communauté LGBT », a noté Le Gallo, qui a déclaré avoir l’habitude de chanter « Slava Ukraïni » (Gloire de l’Ukraine) lors de son avant-première en France.

« Aujourd’hui, Poutine opprime le monde entier, et cela résonne particulièrement. »

Le film dépeint clairement l’impact de la politique de Poutine dans un pays où la violence contre les gays et les lesbiennes est monnaie courante.

C’est dans cet univers qu’arrive la joyeuse bande des « Shiny Shrimps », avec un nouveau personnage Sélim (Bilal El Atreby), un jeune aberrant pétri de préjugés. Le water-polo arc-en-ciel rate le chemin des Tokyo Gay Games et se retrouve en terrain hostile.

Certains se sont cachés dans des hôtels, d’autres se sont aventurés à l’extérieur. Mais en Russie, trouver un club gay pour faire la fête ou passer la nuit sur une appli de rencontre peut être un cauchemar.

Le film voit les personnages fuir d’horribles « chasseurs de gays », qui passent à tabac des homosexuels dans les  rues et découvrent l’enfer des thérapies de conversion.

« On s’est amusé à mettre les homosexuels dans un pays rempli d’homophobes », raconte Le Gallo, mais ce film cherche à toucher une plus large cible.

Les thérapies de conversion n’ont été interdites en France qu’en janvier 2022 et restent légales au Royaume-Uni, tandis que les politiques homophobes de pays comme la Hongrie sont bien documentées.

READ  Meteor, de la taille d'un abricot tombe en France, commence une chasse à la roche spatiale

« Vouloir laver le cerveau des gens qui veulent vivre leur vie et ne faire absolument de mal à personne », déclare Govare.

« C’est un sujet universel. »

Les deux réalisateurs rêvent de voir leur film projeté en Ukraine une fois le conflit terminé, comme prévu avant la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.