Un inspecteur de la NASA est préoccupé par les dommages importants causés au bouclier thermique du module lunaire

En novembre 2022, la NASA a lancé la première mission en orbite sans pilote, Artemis 1, lançant ainsi les ambitions plus larges de l’agence visant à ramener les humains sur la surface lunaire.

Le vol, qui a vu le vaisseau spatial Orion lancé à bord de la fusée Space Launch System (SLS) de l’agence, s’est déroulé en grande partie comme prévu, la capsule étant en orbite autour de la Lune et retour pendant trois semaines.

Malheureusement, la capsule Orion a été touchée pendant le vol, selon A. Rapport récent par le Bureau de l’Inspecteur général de la NASA, mettant potentiellement en péril la prochaine mission de suivi en équipage de l’agence spatiale, baptisée Artemis II.

Selon le rapport, les ingénieurs ont découvert des fissures généralisées dans le bouclier thermique d’Orion à plus de 100 endroits. Ce n’est que l’un des six problèmes identifiés par l’inspecteur général, suggérant que la NASA a arrêté ses travaux avant de pouvoir lancer un équipage de quatre personnes sur la Lune et revenir au plus tard en septembre 2025.

« Le vol d’essai Artemis I a révélé des problèmes critiques qui devaient être résolus avant que l’équipage puisse être envoyé dans une mission Artemis II », indique le rapport.

Les choses auraient pu être bien pires sous Artemis I. Des fragments brisés du bouclier thermique, montrés dans les images enregistrées par la capsule, « ont créé une traînée de débris au lieu de fondre comme prévu ».

L’autorité a ajouté : « Bien qu’il n’y ait aucune preuve de collision avec le module d’équipage, la quantité et la taille des débris ont causé des dommages structurels suffisants pour provoquer un dysfonctionnement de l’un des parachutes d’Orion. » « Si le même problème se produit lors des futures missions Artemis, cela pourrait entraîner la perte du véhicule ou de l’équipage. »

READ  Des scientifiques d'Oxford affirment que le principe de base de la physique est erroné

« L’équipe compile actuellement les résultats d’une variété de tests et d’analyses qui déterminent la théorie principale expliquant pourquoi ces problèmes surviennent », a déclaré la porte-parole de la NASA, Rachel Kraft. Dire Ars TechnicaIl a ajouté qu’une équipe indépendante évaluera la situation, un processus « qui devrait s’achever cet été ».

Au-delà des problèmes liés au bouclier thermique, les ingénieurs ont également découvert des « anomalies » dans les vis de séparation et de distribution d’énergie du vaisseau spatial.

Heureusement, la NASA « prend des mesures pour résoudre ces problèmes », en ajoutant une protection thermique pour combler les lacunes causées par la fusion et la corrosion des matériaux et empêcher les vis de surchauffer.

Les ingénieurs auraient également résolu les « anomalies persistantes de distribution d’énergie » probablement causées par le rayonnement spatial en « apportant des modifications au logiciel ».

Enfin, le lancement de la fusée SLS a fait des dégâts sur la rampe de lancement, nécessitant des réparations s’élevant à 26 millions de dollars, soit cinq fois le budget initial alloué à cet effet.

Bref, reste à savoir si la mission décollera réellement au second semestre de l’année prochaine. Apporter des modifications significatives au bouclier thermique – déjà installé sur Orion – à ce stade pourrait retarder considérablement le lancement.

La NASA envisage également différentes voies de rentrée pour minimiser les dommages lors du retour éventuel de l’équipage, notamment en faisant pivoter le véhicule ou en effectuant une manœuvre de « saut » au-dessus de l’atmosphère terrestre.

Malgré certains risques majeurs, l’astronaute de la NASA et membre de l’équipage d’Artemis 2, Victor Glover, ne se laisse pas décourager.

READ  L'Europe lancera bientôt un nouveau bras robotique à deux mains vers la Station spatiale internationale

« Nous avons beaucoup de personnes impliquées en qui nous avons confiance », a déclaré Glover. Ars. « Nous avons les bonnes personnes. S’il y a une solution, nous la trouverons. »

En savoir plus sur la mission : Les nouveaux graphismes Artemis II de la NASA sont plutôt cool, vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *