Une enquête du BNZ révèle des défis et de l’optimisme – Te Ao Māori News

La première enquête d’opinion des entreprises maories de la Banque de Nouvelle-Zélande (BNZ) a mis en évidence les graves défis économiques auxquels sont confrontées les entreprises maories tout en révélant leur résilience et leur potentiel de croissance.

La banque vient de publier aujourd’hui les résultats de sa première enquête d’opinion auprès des entreprises maories, mettant en évidence les défis économiques et les perspectives de croissance des entreprises maories.

L’enquête, qui, selon la banque, est conçue pour combler un manque de données sur les entreprises maories, donne un aperçu de leur état actuel et de leurs perspectives.

le rapport

L’enquête, qui a recueilli 125 réponses auprès de personnes travaillant dans des entreprises maories, a identifié la situation économique comme le défi le plus important, 71 % des personnes interrogées la citant comme leur principale préoccupation.

En outre, près de la moitié (46 %) ont signalé une baisse de leurs conditions de travail au cours de la dernière année, tandis que seulement 15 % ont indiqué une amélioration.

Mike Jones, économiste en chef chez BNZ, replace les résultats dans le contexte du paysage économique plus large.

« Le sentiment exprimé dans ces résultats reflète ce que nous observons dans d’autres secteurs de l’économie alors que nous traversons les creux du cycle économique. Au contraire, les niveaux de confiance parmi les personnes interrogées se situent du côté le plus faible des indices de confiance plus larges. »

« Cela pourrait refléter les investissements importants de l’économie maorie dans l’agriculture, la foresterie et l’immobilier – des secteurs qui subissent actuellement une certaine pression », a-t-il déclaré.

READ  Le Japon modélisera les tests numériques du yen selon ceux de la Suède et non de la Chine

Les autres conclusions du rapport comprennent :

Hausse des prix: 82 % des personnes interrogées s’attendent à une augmentation des coûts au cours des 12 prochains mois.

Problèmes de rentabilité : Un plus grand nombre de personnes interrogées pensent que la rentabilité va diminuer (33 %) que celles qui pensent qu’une augmentation aura lieu l’année prochaine (27 %).

Tendances de l’emploi : La tendance est similaire : 34 % s’attendent à une baisse des niveaux d’emploi, contre 29 % s’attendant à une hausse.

Malgré les défis, l’enquête a également démontré la résilience et l’optimisme au sein de la communauté des affaires maorie.

Même si seulement 15 % ont constaté une amélioration des conditions commerciales au cours de l’année écoulée, 26 % s’attendaient à de meilleures conditions au cours des 12 prochains mois, et plus d’un tiers (37 %) des personnes interrogées prévoyaient d’augmenter leurs investissements au cours de l’année prochaine, contre 24 %. devrait le réduire, révélant la confiance dans le potentiel de croissance futur.

« Les projets d’investissement rapportés dans notre enquête sont plus robustes que ceux que nous avons constatés dans d’autres enquêtes sur la confiance des entreprises. À mesure que le cycle économique arrive à maturité, nous surveillerons de près si ces intentions prennent de l’ampleur », a déclaré Jones.

Lacune dans les données

Wito Rangi, chef d’entreprise maori de BNZ, a souligné l’importance de l’enquête pour combler le déficit de connaissances.

« Le manque de données sur le secteur a constitué un obstacle à la compréhension et au soutien de l’économie maorie. En lançant cette enquête et en nous engageant à la mener régulièrement, nous visons à combler ce fossé et à favoriser une collaboration et un partage de connaissances continus. Nous pensons que cette enquête deviendra un outil précieux pour promouvoir une meilleure compréhension du secteur », a déclaré Rangi. et contribuer à faciliter la circulation des capitaux au sein de l’économie maorie.

READ  Nur-Sultan accueille des discussions entre l'UE et le Kazakhstan sur l'économie à faible émission de carbone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *