Une semaine après l’explosion de la Coupe du monde

Héraut

Robson Charoko Rédacteur sportif senior

Il a plu hier à Harare, essuyant les larmes versées par la capitale toute la semaine, à la suite de l’élimination précoce des Warriors, des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

Comme s’il avait été envoyé par une force divine, il a plu le jour marquant la fin de la semaine où les rêves des guerriers de la Coupe du monde étaient passés, par les étoiles noires.

Le tonnerre a secoué le ciel gris, comme pour offrir une bande-son adaptée à l’ambiance morne qui règne dans la capitale depuis la sortie des Warriors du plus grand tournoi de football.

D’une certaine manière, cela pourrait aussi être une expression naturelle de la colère qui faisait rage parmi les fans de football de cette ville, au milieu de la colère qui a accueilli la chute de leur équipe.

Les éclairs n’ont cessé de clignoter, comme si vous essayiez d’apporter un peu de lumière, dans l’obscurité qui enveloppait le football local, depuis la fin de l’aventure de la Coupe du monde.

Maintenant, encore une fois, les alarmes des voitures se sont déclenchées en réponse au chaos causé par une combinaison de tonnerre et d’éclairs.

Comme pour suggérer que, même pour la nature elle-même, la vitesse à laquelle les guerriers tomberaient en disgrâce était désormais alarmante.

D’autres prétendraient probablement que la pluie est tombée pour se débarrasser des méfaits commis par les dirigeants locaux du football, sous leur responsabilité, dans l’effondrement massif de l’équipe nationale.

Et de nombreux optimistes prétendraient probablement qu’il s’agissait d’une purge, d’une réponse puissante à la nature, dans l’une des semaines les plus tristes de l’histoire du football national.

Rappel du jour très triste, la semaine dernière, où les guerriers sont rentrés chez eux, pour être salués par leurs adversaires, qui avaient déjà atteint Harare, près de 16 heures avant leurs hôtes.

Alors que les Black Stars se préparaient pour leur première séance d’entraînement au stade national des sports, les Warriors venaient de décoller d’Addis-Abeba et d’entamer la dernière étape de leur voyage de quatre heures, en rentrant chez eux.

Au moment où les Ghanéens s’entraînaient, les guerriers survolaient probablement le Kenya ou la Tanzanie, lors d’un voyage qui les menait de la partie occidentale à la partie orientale du continent.

Maintenant, ils se dirigeaient vers la partie sud, l’endroit qu’ils appellent leur maison, pour le plus grand match, les éliminatoires de la Coupe du monde.

Une tentative dans laquelle ils tentent de sauver leur campagne, la victoire leur donne une lueur d’espoir et la défaite les met hors des séries éliminatoires.

Une équipe, bannie des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, punie pour les péchés de ses dirigeants, qui n’ont pas payé sa cotisation au sélectionneur brésilien, se retrouve désormais sur le point de sortir des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, après n’avoir disputé que trois matches en la phase de groupes. .

Ce n’était que 270 minutes d’excitation, car ils n’ont même pas réussi à gagner un match et n’ont marqué qu’une seule fois, sur un penalty.

En ce jour de la semaine dernière, leurs rêves de Coupe du monde ont pris fin, la lumière a volé et les craintes de la nation se sont estompées.

La défaite 0-1, aux mains des Black Stars au National Sports Stadium, a confirmé l’élimination des Warriors.

Ils rejoignent le Niger et Djibouti, les deux pays éliminés du groupe A, dominé par l’Algérie, qui compte 12 points sur ses quatre premiers matches.

L’attaquant algérien Islam Slimini, qui joue pour le même club français de l’Olympique Lyonnais avec Tino Kadiouri, a marqué six buts lors des éliminatoires, tandis que les Warriors n’ont marqué qu’une seule fois.

Riyad Mahrez, un autre brillant attaquant algérien, a marqué quatre buts en séries éliminatoires.

La Mauritanie, qui n’a offert aux Warriors qu’un point lors de leurs quatre premiers matches de qualification, a également été éliminée.

Leur réaction a été de licencier leur entraîneur.

Le Libéria, d’un point sur ses quatre premiers matches de qualification, a également été éliminé du groupe C, tandis que le Mozambique (un point) et le Malawi (trois points) sont tombés à l’écart.

L’Angola (trois points), le Kenya (deux points), le Rwanda (un point), le Togo (quatre points), la Namibie (quatre points), la Guinée-Bissau (quatre points), la Guinée (trois points) et le Soudan (deux points) ont également été éliminé.

Tout comme lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, les Warriors se retrouvent avec un seul point lors de leurs quatre premiers matches de groupe.

À l’époque, ils ont assuré leur course avec une défaite 0-1 à domicile contre la Guinée avant un match nul et vierge contre le Mozambique à Maputo, leur donnant leur premier point.

Ils ont ensuite perdu 1-2 contre les Pharaons égyptiens, lors de leur troisième match, les hôtes ayant besoin d’un penalty à la dernière minute, pour remporter le match.

Puis, lors de la rencontre inverse à Harare, les Pharaons, inspirés par un impressionnant triplé de Mohamed Salah, ont réussi à s’imposer 4-2.

Musuna avait marqué en Egypte, et après avoir marqué un autre but à Harare contre le même adversaire, il avait dans son sac deux des trois buts inscrits par les Zimbabwéens.

L’autre but est venu du défenseur Lincoln Zvassia.

Le défenseur a depuis quitté les lieux mais Musuna est resté dans les tranchées et son but, sur penalty, en défaite au Ghana est la seule fois où les Warriors ont trouvé la cible, dans cette campagne misérable.

Cela a été une longue semaine, pour les Warriors et leurs fans, alors qu’ils ont du mal à trouver une explication, pourquoi leur dernière campagne a explosé de manière si incroyable.

Cela n’aide pas le fait que l’un de leurs plus grands rivaux, l’Afrique du Sud, profite des commodités d’être en tête du peloton.

READ  Championnat des Six Nations: Gaben Villiers et Mohamed Hawass sont les derniers joueurs français à tester pour COVID-19 Actualités du rugby

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *