Voyage de 129 ans en voie d’achèvement alors que la France rend les trésors du Bénin

PARIS (Presse associée) – Dans une démarche qui a des répercussions potentielles sur d’autres musées européens, la France expose pour la dernière fois 26 objets de l’époque coloniale pillés avant de les restituer au Bénin – une décision que les autorités de la nation ouest-africaine ont qualifiée d' »historique » « .

Les statues anthropomorphes en bois, les trônes royaux et les autels ont été volés par l’armée française il y a 129 ans. Les Français auront un dernier aperçu des objets, de la collection dite des « Trésors d’Abumey », au musée du quai Branly – Jacques Chirac de mardi à dimanche.

Calixte Biya, conservateur du musée d’histoire d’Awida, au Bénin, où les artefacts seront exposés pour la première fois, a déclaré que l’occasion était historique.

Cela fait plus d’un siècle qu’ils ont été retirés de leur contexte historique. Et quand vous regardez la qualité de chacun de ces artefacts, vous vous rendez compte qu’il y avait de grands artistes », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

Le Bénin crée un nouveau musée à Abomey, financé en partie par le gouvernement français, qui abritera à terme les œuvres.

Le président Emmanuel Macron a suggéré que la France devait désormais réparer les torts du passé et a prononcé un discours historique en 2017 dans lequel il a déclaré qu’il ne pouvait plus accepter « qu’une grande partie du patrimoine culturel de nombreux pays africains se trouve en France ». Il a établi une feuille de route pour le retour des trésors royaux pris à l’époque de l’empire et de la colonie.

Cependant, la France n’a jusqu’à présent livré qu’une seule pièce – une épée qui a été livrée au Musée de l’Armée au Sénégal. Les 26 œuvres destinées au Bénin représentent une petite poignée des plus de 90 000 artefacts de la seule Afrique subsaharienne conservés dans les musées français.

READ  Le Nigeria appelle à un renforcement des relations bilatérales avec l'Algérie - The Sun Nigeria

« Nous voyons 26 artefacts. Il y en a d’autres, non ? Je ne dirais donc pas que nous allons mettre fin à un processus. « Je dirais que nous sommes au début d’un processus », a déclaré Beah.

Il a ajouté : « Je pense qu’il serait approprié que d’autres pays qui possèdent des artefacts africains empruntent le même chemin que la France. »

Plus tôt cette année, l’Allemagne a entamé une démarche similaire. La décision a été prise que les musées allemands travaillent sur un plan d’intervention pour restituer les artefacts nigérians connus sous le nom de bronzes du Bénin. l’année prochaine. Ceux-ci ont été pillés dans le palais royal du Royaume du Bénin, dans l’actuel sud du Nigeria, par une expédition coloniale britannique en 1897.

Cependant, les critiques de telles mesures – y compris le British Museum de Londres, dans son bras de fer de plusieurs décennies avec le gouvernement grec au sujet de la restauration des marbres d’Elgin, ou du Parthénon – soutiennent que cela ouvrirait la porte grande à la vidange des musées occidentaux. de leur terre. groupes. Il se compose de beaucoup de choses qui ont été obtenues à l’époque coloniale.

Lundi, le British Museum a indiqué qu’il travaillait sur une collaboration avec le Nigeria, liée à la construction d’un nouveau musée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, qui permettrait « la réunification des œuvres d’art du Bénin issues de collections internationales ».

La ministre française de la Culture Roslyn Bachelot a tenté d’apaiser les tensions entre les musées européens, soulignant que cette initiative « ne créerait pas de précédent juridique ».

Une loi française a été votée l’année dernière pour permettre le retour des statues au Bénin et le retour de l’épée au Sénégal.

READ  Nicole Kidman envisage d'arrêter d'être les Ricardos

Mais elle a déclaré que la loi du gouvernement français était intentionnellement limitée dans son application aux 27 artefacts. «[Elle]n’institue aucun droit général de rédemption » et « ne remet en aucun cas en cause » le droit des musées français à préserver leur patrimoine.

L’histoire des « Trésors d’Abumi » est aussi dramatique que ses formes sculptées. En novembre 1892, le colonel Alfred Dodds a dirigé un corps expéditionnaire français volé dans le royaume du Danhomé, dans le sud du Bénin actuel. Les forces coloniales ont pris d’assaut le palais d’Abomey, demeure du roi Bhanzen, et ont saisi de nombreux objets royaux, dont 26 artefacts que Dodds a donnés au musée d’ethnographie du Trocadéro à Paris dans les années 1890. Depuis 2000, des objets sont déposés au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

Gaëlle Beaujean, responsable des collections africaines du musée, a souligné que « ces artefacts ont aussi été vus par des artistes (en France, et) ont inspiré (l’architecte) Le Corbusier… En fait, depuis 1893, ils sont beaucoup inscrits sur le français la mémoire aussi. « .

« Je pense qu’ils font partie d’une histoire commune », a-t-elle ajouté.

Macron devrait visiter l’exposition mercredi. La présidence française a déclaré dans un communiqué que le processus d’indemnisation « vise à permettre à la jeunesse africaine d’accéder à son propre patrimoine en Afrique et pas seulement en Europe ».

Le ministre béninois de la Culture, Jean-Michel Abembola, a qualifié le retour des œuvres d' »étape historique » et le début d’une nouvelle coopération entre les deux pays, lors d’une conférence de presse la semaine dernière. L’Agence française de développement attribuera environ 35 millions d’euros au « Musée de l’épopée de l’Amazonie et des rois du Danhomé » qui sera construit à Abomey dans le cadre d’un engagement signé cette année.

READ  Le célèbre peintre grec Alexos Fasianos décède à l'âge de 86 ans | Divertissement AB

Abembola a déclaré que le transfert officiel des 26 pièces devrait être signé à Paris le 9 novembre et que l’art devrait être au Bénin quelques jours plus tard.

Alors que les habitants disent que la décision est en retard, ce qui est important, c’est de ramener l’art. « Un vide s’est creusé entre les trésors historiques du Bénin, qui se remodèlent peu à peu », a déclaré Fortune Sosa, président du Réseau des journalistes culturels africains.

___

Virgil Ahesu à Cotonou, Bénin a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *