Algérie : Dor El-Handasa a signé pour inspection à l’usine de dessalement d’El-Magda

Il y a des nouvelles d’un plan de réhabilitation de l’usine de dessalement d’eau de mer d’El-Magda près de la ville portuaire méditerranéenne d’Oran, dans le nord-ouest de l’Algérie. Tahliyat Miyah Magtaa, une société algérienne, a été le pionnier du projet et a attribué le contrat au groupe libanais Dar El-Handasa pour fournir la recherche, le conseil et la supervision de l’ingénierie. L’accord expire le 29 novembreE, 2021 à Oran.

Dar El-Handasa a été sélectionnée à l’issue d’un appel d’offres national et international initié par Tahliat Mia Makta. « Contrat avec l’opérateur précédent résilié car l’usine ne fonctionne pas à pleine capacité » Hamuda Ahmad ibn Sina, directeur général de l’usine de dessalement d’eau de mer d’El Makta, a déclaré. Le contrat a été initialement attribué à l’usine de traitement d’eau Highflux à Singapour. L’équipe de Dar El-Handasa a sept mois pour terminer l’étude du projet de dessalement d’El-Makta. Elles seront permises par l’élaboration du cahier des charges.

De l’eau potable pour 5 millions de personnes

Selon Hamuda Ahmad ibn Sina, la capacité de production de la station d’El-Makta est en baisse. À l’heure actuelle, porter la capacité de l’installation à 500 000 mètres est un défi3 Par jour estimé lors de sa mise en service en 2011. Le succès du projet fournira de l’eau potable à 5 millions de personnes dans la région. Cette plante sera très importante pour faire face à la pression de l’eau. Dès 2015, l’Algérie connaît déjà ce phénomène dans des pays confrontés à de graves pénuries d’eau à l’horizon 2040. Signaler Organisation mondiale des ressources (WRI).

READ  Le Qatar et les fédérations algériennes signent un accord de partenariat
A lire aussi- Afrique : le dessalement est désormais au centre des stratégies d’approvisionnement en eau

Il faudra 30 mois pour achever le projet de réhabilitation de l’usine de dessalement d’eau de mer d’El-Mactaâ en Algérie. Le chantier nécessitera un investissement de 2,4 millions d’euros.

Inès Magoum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *