Alors qu’un trou noir déchiquetait une étoile, Hubble de la NASA regardait

Ne pas voir un trou noir peut être considéré comme sa plus grande force. À travers le tissu de l’espace, ces monstres silencieux s’imprègnent de chaque goutte de lumière qui tombe dans leurs impulsions gravitationnelles, peuplent ces rayons de l’univers visible et, dans l’obscurité, attendent qu’une étoile impuissante apparaisse. Puis ils attaquent.

Maintenant, les scientifiques ont annoncé à la NASA Le télescope spatial Hubble a découvert ce qui va suivre Dans un tel cauchemar cosmique – également connu sous le nom d’événement de perturbation des marées, un trou noir se nourrit de sa proie ou « accumule » une étoile. Les astronomes ont partagé la nouvelle jeudi lors d’une réunion de l’American Astronomical Society.

« Normalement, ces événements sont difficiles à remarquer. Vous obtenez probablement des observations au début de la perturbation lorsqu’elle est vraiment brillante », explique Peter Maksim du Center for Astrophysics | Harvard et Smithsonian, a-t-il déclaré dans un communiqué. « Nous avons vu cela assez tôt pour pouvoir l’observer dans des phases d’accrétion de trous noirs très intenses. »

Pris dans l’étreinte mortelle de la gravité, la forme sphérique de cette étoile a été surprise en train de se transformer avec force en un fil torsadé de matière incandescente. Devant les yeux vitreux de Hubble, l’étoile s’est déchiquetée si fort qu’elle est apparue comme un tourbillon de poussière de fée, piégeant son prédateur et laissant derrière elle une queue enflammée pour éclairer le vide de l’espace.

À juste titre, cela est parfois appelé un trou noir.spaghettis« C’est important parce que même les choses les plus fortes qui ont le malheur de marcher près d’un trou de gravité sont soufflées en morceaux fragiles et fragiles.

READ  La fusée SpaceX Falcon 9 repérée depuis l'espace avant et après le lancement épique de 105 satellites (photos)
hubble-tde-stsci-01gnygb4y8pgspy39rzd82ey3q.png

Cette séquence d’illustrations d’artistes montre comment un trou noir peut dévorer une étoile qui passe. 1. Une étoile ordinaire passe près d’un trou noir supermassif au centre de la galaxie. 2. Les gaz extérieurs de l’étoile sont attirés dans le champ gravitationnel du trou noir. 3. Une étoile se déchire lorsque les forces de marée l’éloignent. 4. Le reste stellaire est tiré dans un anneau circulaire autour du trou noir et finira par retomber dans le trou noir, émettant une quantité massive de lumière et de rayonnement à haute énergie.

NASA, ESA, Leah Hostack (STScI)

Pendant ce temps, le trou noir gobeur de beignets de l’étoile – appelé scientifique à ce stade – aspire les gaz de l’orbe tout en crachant simultanément de la matière comme s’il s’agissait des os d’un copieux dîner de poulet. Pour le contexte, cet épisode est censé être notre taille entier système solaire.

Maxim a déclaré: « Nous regardons quelque part au bord de cette tarte. Nous voyons des vents stellaires du trou noir balayer la surface projetés vers nous à 20 millions de miles par heure », ce qui se traduit par 3% de la vitesse de lumière.

Non seulement c’est énorme parce que c’est, enfin, totalement incroyable – mais aussi parce que les galaxies avec des trous noirs calmes ou silencieux comme ceux analysés par Hubble ne devraient dévorer une étoile qu’une fois tous les 100 000 ans.

« Nous sommes toujours en train de creuser nos méninges autour de l’événement », a déclaré Maxim.

Une simulation d’une étoile déchirée après s’être approchée d’un trou noir.

DESY, Laboratoire de communication scientifique

Mais ça ne ressemble pas à un film hollywoodien

Pour être clair, Hubble n’a pas au sens propre Capturez des instantanés de tout ce qui se passe en temps réel. Donc non, ce trou noir n’avait rien à voir avec un léviathan interstellaire du point de vue de la portée.

Je veux dire, après tout, toute cette situation s’est produite à 300 millions d’années-lumière de la Terre – ce qui signifie également qu’elle s’est produite il y a environ 300 millions d’années, et pourtant la lumière de l’événement vient d’atteindre notre planète, donc nous la voyons dans ce nous appelons « le présent ». .

Cependant, ce que Hubble a fait pour capturer cette scène permet en grande partie aux scientifiques de déduire de quoi il s’agit. Sera On a l’impression que nous pouvons en quelque sorte regarder les détails se dérouler comme un film.

La forte sensibilité ultraviolette du télescope a pu étudier la lumière transportée par l’étoile brisée qui était revenue sur Terre pendant des milliers d’années, et essentiellement les astronomes pouvaient suivre tous ces signaux lumineux pour déterminer comment l’étoile se tordait, se froissait et se froissait en périssant. .

Vous pouvez regarder une visualisation de l’événement ci-dessous, selon les calculs de l’équipe.

« Il y a encore très peu d’événements de marée observés dans l’ultraviolet compte tenu du temps d’observation. C’est vraiment dommage car il y a beaucoup d’informations que vous pouvez obtenir à partir des spectres ultraviolets », Emily Engelthaler du Center for Astrophysics | Harvard et Smithsonian, a-t-il déclaré dans un communiqué. « Nous sommes ravis de pouvoir obtenir ces détails sur ce que font les débris. Les événements de marée peuvent nous en dire beaucoup sur un trou noir. »

L’événement, officiellement nommé AT2022dsb, a été capturé le 1er mars 2022 par un réseau de télescopes au sol appelé All-Sky Automated Survey for Supernovae.

Cela a piqué l’intérêt des astronomes de Hubble, qui ont immédiatement essayé d’obtenir des lectures ultraviolettes sur la violente perturbation des marées aussi longtemps que possible, afin de déterminer autant d’informations que possible sur l’évolution de l’étoile au fur et à mesure qu’elle devenait déchiquetée par le trou noir. .

« Vous déchirez l’étoile, puis vous obtenez ce matériau qui pénètre dans le trou noir. Et vous avez donc des modèles où vous pensez savoir ce qui se passe, puis vous obtenez réellement ce que vous voyez », a déclaré Maxim. « C’est un endroit passionnant pour les scientifiques : juste à l’interface du connu et de l’inconnu. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.