CDC, la filiale d’investissement française, propose de restructurer Orpea « toujours dans les délais »

20 janvier (Reuters) – Une offre de la Caisse des Dépôts (CDC) pour restructurer la dette d’Orpea est toujours sur la table, a annoncé vendredi l’Agence française des finances publiques, après que le groupe de maisons de retraite a déclaré qu’il n’était pas parvenu à un accord avec les investisseurs et les créanciers. .

« Nous avons l’intention d’avoir le contrôle de gestion d’ici la mi-novembre afin que nos conditions annoncées publiquement (changement complet des pratiques et assainissement du bilan) puissent être mises en œuvre », a déclaré le CDC dans un communiqué envoyé par e-mail à Reuters.

Orpea, touché par des allégations d’abus dans ses maisons de retraite, détiendra 50% de sa dette non garantie de 3,8 milliards d’euros (4,1 milliards de dollars) auprès d’investisseurs français dirigés par la CDC et un groupe de créanciers.

La société a également indiqué qu’elle poursuivait les discussions avec un groupe de créanciers chirographaires pour parvenir à un accord sur un plan de restructuration qui comprendrait une augmentation de capital comprise entre 1,3 et 1,5 milliard d’euros.

Par ailleurs, le quotidien économique français Les Echos a rapporté jeudi que la société de capital-investissement KKR & Co était intéressée par le rachat de Domedom, l’entreprise de services à domicile de l’opérateur de maisons de retraite, et avait fait appel à Centreview Bank pour l’accord.

Ni Orbia ni KKR n’ont immédiatement répondu à une demande de commentaire sur le rapport. (1 $ = 0,9222 euros) (Reportage de Diana Mandia; Montage par Emilia Sithole-Madaris)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.