Explorez les options USWNT et montrez la polyvalence et la Suède, la France alors que la production olympique se poursuit

Alors que nous nous rapprochons des Jeux olympiques d’été – même sur un coup de tête, j’espère que cela se produira vraiment – bien sûr, je passerai beaucoup de temps à diviser l’équipe nationale féminine américaine. Étant donné que la taille de la liste pour les Jeux olympiques n’est que de 18 athlètes, ma division totalement non scientifique s’intensifiera à l’approche de juin.

Mais j’ai arrêté. Revenons sur deux matchs récents que l’USWNT a disputés en Europe: un match nul 1-1 contre la Suède à Stockholm le 10 avril et une victoire 2-0 contre la France au Havre le 13 avril.

– Robinho et Morgan marquent alors que l’Amérique bat la France
– USWNT a fourni les conditions de travail
– Entraîneur Antonovsky: la Suède “ bonne pour nous ” avant les Jeux olympiques

L’entraîneur-chef de l’USWNT, Vladko Antonovsky, est entré dans le swing européen de ces deux matchs, sachant que ce serait un test difficile menant aux Jeux olympiques, et les États-Unis sont passés sous Antonovsky avec un record de victoires / défaites de 15-0 pour l’Europe. Plus de succès pour n’importe quel entraîneur américain pour commencer son mandat. En ce qui concerne la Suède, bien sûr. (Pourquoi devrait-il toujours être suédois?)

La Suède avait des plans différents pour cette équipe américaine. Par la grâce de Dieu seul (la sœur VAR n’a pas été utilisée), les femmes américaines ont été condamnées à une amende dans les dernières étapes pour maintenir un équilibre. Au lieu d’avoir à avoir un coup franc en dehors de la surface de réparation, Megan Robino a mis le ballon au point de penalty … nous savons tous comment ce spectacle se termine.

READ  L'épidémie n'est pas sous contrôle à Nice, en France, alors que de nouvelles écluses sont abaissées

Dans l’ensemble, la Suède a joué un match formidable. Propres, solides tactiques et excellents sur le plan défensif, ils sont à la hauteur des progrès de l’Amérique en 90 minutes. Kosovare Aslani & Co. S’il y avait eu un peu plus de médicaments avant le but, ils auraient pu réussir. Les États-Unis ont battu la Suède 20 à 9, mais n’ont jamais trouvé leur rythme. Ils ne sont pas techniquement propres, comme nous l’avons vu dans le passé, en particulier lors de la troisième attaque.

La bonne nouvelle pour l’Amérique (au-delà de l’équilibre, bien sûr) était que ce jeu de va-et-vient était un merveilleux rappel (toujours nécessaire) du travail qui reste à faire. Ces rappels, surtout en l’absence de blessures, sont des cadeaux dans la vie.

Autre bonne nouvelle? C’était le premier match en deux matchs, ce qui a donné aux États-Unis l’occasion de remédier à certaines des lacunes contre la France. Comme le souligne Antonovsky après le plongeon de samedi: “Ce n’est pas assez … pas assez pour gagner les JO. C’est une bonne chose pour nous.

Eh bien, répondez à ce qu’ils ont fait. Dans le style américain habituel, les joueurs ont séparé la leçon du jeu suédois, ont apporté une énergie renouvelée et se sont concentrés sur la confrontation avec la France. (Une chose à retenir: il s’agit essentiellement de l’équipe B de France.) Ils ont raté six des stars lyonnaises En raison de la récente éruption du COVID-19 au club, C’est-à-dire que les acteurs clés comme Wendy Renard, Amandin Henry, Amel Majri, Sakina Karcha oui et Delphine Cascarino ne sont pas disponibles. Oui, ça fait mal. Ils n’ont pas commencé avec Sandy Baltimore ou Catidado Diane, deux positions de leur propre succès avant l’époque de l’Angleterre.

READ  L'ancien président français Sarkozy fait l'objet d'un procès dans un scandale de corruption

Baltimore est arrivé en seconde période, bien que Diane n’ait jamais vu le temps sur le terrain. Aussi, star du PSG et meilleur buteur de la Ligue 1, Mary-Antoinette Cotto n’a joué qu’en première période. En fait, il n’y avait que deux partants français Ce choc classique en quart de finale à Paris À la Coupe du monde féminine 2019. Différent avec 10 sur 11 partant pour les États-Unis. Le seul partant à manquer les États-Unis de ce match était Tobin Heath, qui était toujours blessé. La France a aligné une équipe jeune et talentueuse, oui, mais presque pas l’équipe de France que nous avons l’habitude de voir.

L’Amérique a pris un excellent départ tôt (exactement ce qu’elle n’a pas fait contre la Suède) et 2-0 grâce à Alex Morgan. Morgan a dessiné un PK à la cinquième minute, qui a été converti par Robinho bien sûr, puis Morgan a terminé le ballon avec une belle glissade de Kristen Press à la 19e minute. De là, l’Amérique n’a jamais regardé en arrière.

La France a montré si peu d’urgence en seconde période qu’elle s’est assise dans le volume le plus bas pendant la majeure partie du match, tout comme les États-Unis avaient marqué deux buts. Tout au long du commandement, les États-Unis ont eu la chance d’essayer quelque chose qu’ils n’avaient jamais fait auparavant: réunir les quatre étoiles du milieu de terrain. Oui, Julie Erts, Sam Mevis, Lindsay Horan et Rose Lovell ont finalement dû partager le domaine, et la pleine expression: j’ai adoré. Lovell a joué haut sur le côté droit et est entré très activement. Je me suis demandé trop tard si les quatre pouvaient jouer sur un diamant, ou si Horan pouvait jouer comme un faux 9. Il existe de nombreuses options et il est prometteur qu’il offre plusieurs couches polyvalentes aux États-Unis.

READ  CC et Burhan discutent de la crise du GERD, de l'attaque israélienne contre Gaza

Pour une dernière bonne nouvelle, mes amis, nous avons officiellement 12 équipes qui se sont qualifiées pour les Jeux olympiques. 12 équipes par ordre alphabétique: Australie, Brésil, Canada, Chili, Chine, Grande-Bretagne, Japon, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Suède, USA et Zambie.

Dis le a voix haute … Je peux voir la lumière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *