Faible participation alors que les Algériens votent aux élections législatives

L’Algérie a organisé des élections législatives samedi, espérant que l’establishment au pouvoir fermerait les yeux sur les troubles politiques au milieu de la répression contre la dissidence, mais certains ont voté jusqu’à l’après-midi.

Deux ans après que des manifestations de masse ont forcé la destitution d’un haut président pendant des décennies lors de la plus grande crise politique en Algérie, les responsables peinent toujours à réprimer les manifestations.

Le vote de samedi fait suite à l’élection présidentielle de 2019 et à un vote sur la constitution amendée de l’année dernière, mais de nombreux Algériens pensent toujours que le vrai pouvoir est exercé par l’armée et les forces de sécurité.

Les bureaux de vote ont été clôturés à 19h00 GMT, les résultats étant attendus dimanche. Selon la Commission électorale, seuls 14,5 % des électeurs ont voté dans les quatre heures. À titre de comparaison, 33 % ont voté avec trois heures pour voter aux élections de 2019, avec un taux de participation final de 40 %.

Le président Abdelmadjit Deboun a déclaré que les décisions étaient prises à la majorité des électeurs quel que soit le vote.

“Cette élection est une nouvelle étape dans la construction d’une nouvelle Algérie”, a-t-il déclaré après avoir voté en dehors de la capitale, Alger.

L’instituteur Ali Djemoy, 33 ans, a commencé à faire la queue tôt dans la ville pour voter. “Nous espérons que le prochain parlement sera le moteur du changement souhaité par la majorité”, a-t-il déclaré.

Mais dans la région de Kabili, qui est largement centrée sur l’opposition politique, la police anti-émeute a gardé les bureaux de vote, où des militants ont tenté de brûler des urnes et certains bureaux de vote ont été initialement fermés.

READ  Macron Bennett appelle la France à s'assurer qu'Israël traite les demandes d'OSN - Rapport

Le mouvement anti-Hirak qui a forcé Aptelosis Bouteflika à quitter la présidence il y a deux ans veut évincer l’ancienne élite dirigeante et empêcher l’armée de s’ingérer dans la politique. Il considère toute élection avant cela comme un combat.

“Les élections ne donnent pas de légitimité au régime, et la répression et les arrestations n’empêchent pas une révolution pacifique du peuple”, a déclaré Samir Belarpi, une figure éminente du Hirak.

Le gouvernement a publiquement salué le Hirak comme un mouvement de renouveau national, et malgré l’emprisonnement d’anciens officiers supérieurs, la police a également procédé à des arrestations.

Le défi économique

Les partis qui ont dominé pendant des décennies ont été endommagés par des allégations de corruption contre les alliés de Bouteflika, permettant aux indépendants et aux partis islamistes modérés de gagner plus de voix.

“Il y a une vraie chance de changement, nous devons nous concentrer et être patients car un changement informatique ne se fera pas du jour au lendemain”, a déclaré Mohammed Mouloudi, candidat du Parti islamique Al Bina.

A l’hôtel Central d’Alger, Djamel Badir, un employé de poste de 42 ans, a déclaré que rien ne changerait lors de l’élection et qu’il ne voterait pas. “Notre parlement est impuissant”, a-t-il déclaré.

Les partis qui gagneraient une position forte au parlement pourraient faire partie du prochain gouvernement de Debawan, qui fait face à une crise économique.

Les réserves de change ont diminué des quatre cinquièmes depuis 2013, car les revenus énergétiques ont chuté et les gouvernements successifs n’ont pas réussi à diversifier l’économie ou à stimuler une forte croissance du secteur privé.

READ  Ken débute dans une France endormie ; McIlroy et Lori veulent leurs chances à l'US Open

Nos normes : Principes de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *