L’hostilité entre le Maroc et l’Algérie peut-elle se transformer en conflit global? – The Middle East Monitor

Si les relations entre «pays frères» ne sont pas sans obstacles, les relations froides entre le Maroc et l’Algérie ont cédé la place à une hostilité ouverte au cours des derniers mois. La raison principale est le conflit du Sahara occidental.

Les progrès sur cette question sont au point mort depuis que le Maroc et le Front Polisario ont signé un accord de cessez-le-feu en 1991, mais Rabat a récemment remporté quelques victoires diplomatiques, comme la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté marocaine sur la région contestée à la fin de l’année dernière. Cette évolution, ainsi que l’influence de la France sur les pays africains francophones, dont l’un est actuellement à la tête de l’Union africaine, a renforcé la confiance du Maroc dans ce qu’il veut au Sahara occidental.

L’approche proactive du Royaume en matière de diplomatie au sein des institutions africaines a conduit, en un peu plus d’un an, plusieurs pays africains à ouvrir des consulats au Sahara occidental. Ce faisant, ils ont effectivement promis leur soutien au Maroc, grâce aux brimades françaises contre les anciennes colonies appauvries d’Afrique centrale et de l’Ouest.

Partisans du Front Polisario en Algérie 2016 (Reuters)

De plus, dans un accord négocié par les États-Unis, le royaume a accepté en décembre de reprendre les relations diplomatiques avec Israël. Une telle démarche reste un tabou de longue date pour l’Algérie, qui se trouve être le principal partisan du mouvement d’indépendance du Sahara occidental pour le Polisario. Ces développements étaient tout ce dont les médias marocains et algériens avaient besoin pour lancer des campagnes de diffamation contre les gouvernements de l’autre.

READ  Une nouvelle étude de la CESAO a montré que la paix en Libye rapporterait jusqu'à 162 milliards de dollars de gains

À Alger, les récentes initiatives marocaines ont été une source apparente de tension à un moment où le corps diplomatique autrefois très influent de l’Algérie commence à se redresser après vingt ans de stagnation sous l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Même au sein de l’Union africaine, le monopole de fait de l’Algérie sur le Conseil de paix et de sécurité, qui offrait auparavant au pays une plate-forme pour discuter de la question du Sahara chaque fois que la Fondation africaine se réunit, appartient au passé.

Lire: La Maison Blanche examine la reconnaissance par Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental

Avec l’effondrement du statu quo, près de cinquante ans d’hostilité entre les voisins de l’Afrique du Nord-Ouest se jouent désormais sur le front militaire. Après que les forces marocaines aient mené une opération pour expulser les séparatistes sahraouis du point de passage de Guerguerat à la mi-novembre – le Polisario a bloqué l’accès à la zone – le mouvement affirme une fois de plus que la guerre a éclaté avec Rabat. À peine une semaine se passe sans un nouveau rapport sur une attaque contre le mur défensif du Maroc.

Il est clair que ni le Maroc ni l’Algérie ne veulent d’un conflit global, car il aura des conséquences désastreuses. Cependant, l’histoire montre que les États n’ont pas toujours un contrôle total sur l’ampleur de leur agression et que la simple escalade semble s’être rapidement détériorée dans le passé. Ainsi, la possibilité d’une guerre totale entre les deux pays ne peut être exclue. Cela peut prendre juste une erreur très simple pour se déclencher.

READ  Le battage médiatique du basket-ball masculin Illini - et les affaires - affluent déjà en CU | Économie

L’UA doit porter une partie du blâme pour avoir permis au Maroc de revenir au bercail sans appliquer la décision de l’Union qui stipule clairement que le royaume doit quitter le Sahara occidental et permettre au pays d’être indépendant conformément aux résolutions de l’ONU. Pour l’instant, cela semble être une possibilité très lointaine compte tenu de la dynamique actuelle qui prévaut dans l’Union africaine et en Afrique occidentale française. Avec le passage du temps et de plus en plus de pression du reste de l’Afrique, le Maroc sera suspendu de l’Union africaine jusqu’à ce qu’il se retire du Sahara occidental et permette à la dernière colonie africaine de devenir indépendante.

Pendant ce temps, les deux pays continuent de se préparer à la guerre. Les armées algérienne et marocaine sont respectivement classées deuxième et cinquième en Afrique et dépensent des sommes faramineuses pour acquérir les dernières armes. Rabat se tourne vers des fournisseurs américains et français, tandis qu’Alger s’accroche à des équipements militaires de fabrication russe.

Fin janvier, l’Administration américaine du commerce international a annoncé que le Maroc avait acheté un système de défense aérienne Patriot fabriqué aux États-Unis. Mondialement connu depuis la Seconde Guerre du Golfe, le Patriot est un système de missiles sol-air (SAM) de moyenne portée conçu pour neutraliser les menaces aériennes.

Bien qu’aucun détail n’ait été révélé sur les conditions de l’achat, les récentes dépenses du Maroc mettront ses forces armées dans une meilleure position et réduiront peut-être le seul écart majeur qu’il a avec l’Algérie, dont les forces ont été équipées de forces russes. Systèmes SAM S-300.

READ  Boukadoum: l'Algérie s'apprête à rouvrir la frontière de Ghadames avec la Libye

En tant que continent, l’Afrique ne peut pas se permettre une autre guerre et les répercussions négatives qu’elle aura sur l’économie du continent dans son ensemble. L’Afrique en a assez des effusions de sang et a besoin d’investissements et de développement pour atteindre son plein potentiel.

Lire: Le Maroc et l’Algérie concluent des accords majeurs sur les armes à la lumière du problème du Sahara occidental

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Monitor.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *